Editorial du 10 juin 2016 - Attentat de Tel-Aviv : l’AFP pire que les médias arabes

Il y a des armes qui tuent, et il y a des mots qui tuent. Il y a des terroristes palestiniens qui ouvrent le feu sur des Israéliens attablés à un café au coeur de Tel-Aviv, tuant et blessant des hommes, femmes et enfants, coupables du seul fait d’être Juifs et de vouloir vivre librement dans leur pays. 

 

Et il y a des médias français qui prétendent que cet attentat (requalifié pudiquement de “fusillade”) visait non pas des civils israéliens dans un café, mais le “QG de l’armée” israélienne… Il faut lire et relire le texte de la dépêche AFP ci-dessous, reprise par la quasi-totalité des médias français, pour comprendre dans quel pays nous vivons, et comment les esprits des citoyens français sont formatés et embrigadés par la progagande pro-palestinienne et pro-terroriste, distillée jour après jour par l’Agence France Presse.

 

“Tel-Aviv : une fusillade près du QG de l'armée fait quatre morts - CONFLIT - Quatre personnes ont été tuées mercredi 8 juin dans une fusillade en face du ministère de la Défense et le QG de l'armée israélienne à Tel-Aviv. Deux hommes ont fait feu sur des terrasses de café, la police locale parlant d'une "attaque terroriste".

 

Ce texte digne de Georges Orwell, ou plutôt de Joseph Goebbels, devrait être enseigné dans les écoles de journalisme, pour apprendre aux étudiants ce qu’est la propagande et comment la distinguer de la profession de journaliste! Il vaut la peine de comparer cette dépêche de l’AFP à la réaction d’une journaliste égyptienne, Bothaina Kamel, qui a condamné sans hésiter l’attentat de Tel-Aviv, qu’elle qualifié de crime, observant : « Qu’y a-t-il d’héroïque dans le fait d’entrer dans un restaurant et de tirer sur les gens qui y dînent ?” *

 

La comparaison entre la réaction de cette journaliste d’un pays arabe, qui n’est pas spécialement réputé pour la liberté de ses médias, et la dépêche de l’Agence France Presse, montre à quel niveau est tombé le “pays des droits de l’homme” dans son traitement de l’actualité au Proche-Orient. Les lecteurs français qui veulent savoir ce qui se passe en Israël et au Proche-Orient seront mieux informés en lisant les articles de la presse arabe, traduite en français par l’institut MEMRI, qu’en s’abreuvant à la source empoisonnée de l’AFP.

 

Le Bureau de l’UPJF

*http://www.memri.fr/2016/06/09/une-journaliste-egyptienne-condamne-lattentat-de-tel-aviv-quy-a-t-il-dheroique-dans-le-fait-de-tirer-sur-des-gens-dans-un-restaurant/