Quand la gauche antifasciste bafoue la liberté de la presse, par Gilles-William Goldnadel

On devrait plus souvent mettre les choses à plat, sinon les pieds dedans. L'extrême droite française, en tout cas sa représentation politique, a remisé dans l'armoire à naphtaline son discours raciste et antisémite, elle ne fait plus de la peine capitale une question de vie ou de mort, elle ne fait plus descendre ses gros bras dans la rue pour faire le coup de poing, de canne ou de matraque. Elle déteste la censure et se fait au contraire le chantre, parfois peut-être excessif, de la liberté d'expression. Enfin, elle escompte à présent prendre le pouvoir par le truchement des urnes démocratiques et non par la force.

Ce qui caractérise aujourd'hui la droite de la droite française est au contraire une exigence extrême de voir les lois républicaines, réellement appliquées. Notamment en matière de sûreté et d'immigration.

On est loin, on le voit, de ce fascisme qui lui est prêté obsessionnellement par la gauche morale et plus encore l'extrême gauche autoproclamée «antiraciste et antifasciste».

Tous les ingrédients du pseudo antiracisme mais vrai racisme anti blanc résumés en un précipité stupide mais banal.

Examinons à présent, à travers des exemples récents, par quoi se caractérise le discours ou les actes de ces antiracisme et antifascisme mirobolants. Commençons, à titre d'amuse- bouche, par les déclarations extravagantes d'un Éric Cantona: «Benzema est un grand joueur, Ben Arfa est un grand joueur. Mais Deschamps, il a un nom très français. Personne dans sa famille n'est mélangé avec quelqu'un, vous savez. Comme les Mormons en Amérique… Ben Arfa est peut-être le meilleur joueur aujourd'hui, mais il a des origines…»

Tous les ingrédients du pseudo antiracisme mais vrai racisme anti blanc résumés en un précipité stupide mais banal: l'accusation sans preuve, l'obsession de la race et de l'origine, l'apologie du sang-mêlé identique à celle du sang pur d'autrefois, le mépris dédaigneux pour les noms du terroir profond, tout le monde ne pouvant s'appeler Cantona, Benzema ou Goldnadel.

Inutile de s'appesantir longuement sur l'action des nervis de la CGT et leur conception large du droit de grève qui les autorise à pourrir consciencieusement la vie d'un public dont une partie a tellement été nourrie au biberon du lait de la radicalité gauchisante qu'elle en a développé un syndrome de Stockholm , à Paris comme à Marseille.

Plus rare, néanmoins, l'interdiction de faire paraître la presse d'opposition, sauf pour elle à se soumettre à la publication d'un message obligatoire. Seul l'organe de presse de la pensée conforme, qui se prétend rebelle mais ne survit, faute de lecteurs, que par la grâce d'État, ayant monopole d'impression.

Encore plus insolite, l'intervention physique groupée d'une dizaine d'islamo-gauchistes dans les locaux du Figaro-Magazine pour protester contre un reportage sur Saint-Denis («Molenbeek sur Seine») de Nadjet Cherigui évoquant la montée de l'intégrisme ou l'essor du voile intégral dans la cité historique. L'article ayant l'immense tort de décrire le réel. Au demeurant, le maire de Saint-Denis, après avoir menacé l'hebdomadaire d'un procès a reconnu que la journaliste avait fait son travail.

Dans les faits, la gauche gauchère, syndicale ou politique, pratique la violence ou la soutient ou l'excuse, elle méprise les lois républicaines issues du suffrage universel.

Inutile de chercher dans la presse de la gauche gauchère quelques protestations. On ne peut à la fois stigmatiser la censure et les actions voyous et publier comme l'a fait Libération une pétition contre le Figaro-Magazine signée par des journalistes de Mediapart et L'Humanité ou une tribune en faveur des casseurs cagoulés et contre la police.

LIRE LA SUITE...

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2016/05/30/31003-20160530ARTFIG00163-quand-la-gauche-antifasciste-bafoue-la-liberte-de-la-presse.php