Un tueur du Bataclan dans une exposition polémique au Danemark

[N.d.R. On se souvient de l'exposition controversée au Jeu de Paume, et de l'exposition en Suède qui avait mis en scène des terroristes kamikazes palestiniens il y a quelques années, provoquant la colère d'un diplomate israélien. Quand la bêtise et la veulerie se parent des atours de la "culture"...] À Copenhague, une exposition a été signalée à la police comme une «incitation au terrorisme», en plaçant trois kamikazes des attentats de Paris et de Bruxelles au rang de martyrs. Une exposition pour le moins ambivalente se prépare à Copenhague. Elle est censée se tenir du 26 mai au 10 juin, dans un théâtre. “Un collectif d'artistes danois entend décrire le concept du martyre à partir d'angles aussi nombreux que possible, à travers l'histoire”, explique l'organisatrice Ida Grarup Nielsen au Copenhague Post.

Elle mettra notamment en scène Jeanne d'Arc, brûlée sur un bûcher au nom de sa foi, le philosophe grec Socrate, qui préféra boire la ciguë plutôt que de renoncer à enseigner, mais aussi, tenez-vous bien, les très inattendus… kamikazes des attentats de Bruxelles et de Paris.

Parmi eux, Foued Mohamed-Aggad, l'un des assaillants du Bataclan, sera mis en avant. Ce Strasbourgeois de 23 ans s'était fait exploser le 13 novembre 2015 après avoir contribué au massacre de 130 personnes. Dans une installation inspirée du Musée des Martyrs de Téhéran, un guide présentera le terroriste, à partir d'images de lui et de reproductions d'objets lui ayant appartenu. Mais le plus incongru est à venir: son histoire et les attentats de Paris seront racontés de son point de vue de kamikaze, explique Ida Grarup Nielsen.

Ibrahim et Khalid el-Barkraoui, les deux frères qui se sont fait exploser après avoir participé aux attentats de Bruxelles, en mars dernier, auront également droit à leur portrait et à des répliques d'objets qu'ils possédaient.

«Mettre en scène ces kamikazes comme des héros pourraient encourager des gens à faire le pas décisif et rejoindre une organisation terroriste»

Un politicien local de Copenhague

Étonnamment, le Danois Omar El-Hussein, qui avait tué deux personnes pendant les attentats de Copenhague en février 2015, ne figurera pas dans l'exposition. Ida Grarup Nielsen justifie ce choix dans la mesure où il n'est pas sûr que l'assassin se soit suicidé au nom de ses croyances.

La polémique s'est levée lundi 2 mai, lorsque Diego Gugliotta, un politicien local, a signalé l'événement à la police, le considérant comme une «incitation au terrorisme». Comme il l'explicite sur sa page facebook, «mettre en scène ces kamikazes comme des héros pourraient encourager des gens à faire le pas décisif et rejoindre une organisation terroriste».

Le théâtre qui accueille l'exposition a déjà fait l'objet de controverses avec une pièce de la même veine, en 2012. Les acteurs d'une troupe locale y racontaient le massacre d'Oslo en 2011 à travers les yeux de l'auteur des attaques, Anders Breivik.

http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2016/05/04/03015-20160504ARTFIG00029-un-tueur-du-bataclan-dans-une-exposition-polemique-au-danemark.php