Accueil >> Articles >> Israel >> Quelle morale pour Tsahal et pour Israël ? par Pierre Lurçat

Israel

Quelle morale pour Tsahal et pour Israël ? par Pierre Lurçat

Ce qui est en jeu dans l’affaire du soldat de Hébron n’est pas la question de savoir s’il a agi conformément au code éthique de Tsahal ou au droit international. La question beaucoup plus importante, voire cruciale, qui se pose aujourd’hui est de savoir si l’Etat juif saura préserver ce qui donne à ses soldats la force de se battre contre des ennemis toujours plus cruels et déterminés : à savoir la conscience que notre guerre est juste.

Enterrement d'un soldat druze de Tsahal tombé au combat

Enterrement d'un soldat druze de Tsahal tombé au combat

“Nous assistons, depuis la fondation de l’Etat d’Israël et jusqu’à nos jours, à une progression constante de l’idéologie pacifiste, aux relents de morale chrétienne, dont les sources remontent à Brit Chalom des années 1920 et 1930… Tout comme l’idéologie de Buber, l’idéologie actuelle souffre d’une déconnection profonde avec la réalité”.

 

Ce diagnostic établi en 2006 par Eliezer Shargorodsky *, qui enseigne l’histoire d’Israël à l’université Bar Ilan, n’a rien perdu de son acuité, dix ans plus tard, bien au contraire. Nous vivons actuellement une nouvelle phase, sans doute la plus cruciale pour l’avenir de notre peuple et de notre Etat, de l’affrontement entre deux conceptions radicalement opposées de la morale qui doit guider les soldats de Tsahal et leurs officiers, et de manière plus générale, de la morale qui doit guider l’Etat d’Israël face à ses ennemis.

 

Cette question n’est pas nouvelle : elle se posait déjà en des termes similaires, avant la proclamation de l’Etat en 1948 et avant même la création de l’armée de Défense d’Israël. Cette question n’a pas cessé d’agiter la société juive du Yishouv, puis la société israélienne et de faire débat au sein des théoriciens du sionisme et des penseurs politiques, depuis que le retour du peuple Juif sur sa terre l’a confronté de nouveau aux réalités de la guerre.

 

“Je préfère être antipathique et vivant que sympathique et mort”, avait dit autrefois Menahem Begin. Cette expression imagée résume bien le dilemme auquel nous sommes confrontés aujourd’hui. avec l’affaire du soldat accusé d’avoir liquidé un terroriste à Hébron, comme avec celle des graves soupçons d’espionnage pesant sur l’ONG “Briser le silence”, qui vient de défrayer la chronique en Israël.

 

Aux yeux de certaines parties de l’opinion israélienne, en effet, il vaudrait mieux être sympathique et mort… Il ne s’agit pas en effet d’un débat purement théorique, comme ceux qui opposaient les Sages du Talmud ou les intellectuels juifs durant les siècles de l’existence juive en exil. Nous sommes aujourd’hui au coeur d’un débat dont chaque alternative se traduit par des conséquences concrètes sur le terrain, et dont l’enjeu s'exprime en termes de vie ou de mort pour les soldats de Tsahal.

 

Quand des médias israéliens ou des juges de la Cour suprême refusent à Tsahal le droit de riposter contre des roquettes du Hamas dont les lanceurs sont cachés au milieu de la population civile, ou quand les officiers supérieurs de Tsahal envoient leurs soldats se faire tuer dans la casbah de Jénine, pour ne pas prendre le risque de tuer des civils arabes, ils ne privilégient pas seulement une conception abstraite de la morale à une autre : ils privilégient la vie de nos ennemis à celle de nos soldats.

 

Haïm Brenner, écrivain de la renaissance nationale hébraïque, écrivait déjà en 1919 : “notre non-militarisme présent n’est point un mérite, mais un des abîmes les plus profonds où l’on puisse se trouver. Ce n’est pas que nous n’avons pas encore dépassé le militarisme, nous ne l’avons pas encore atteint… Nous n’avons pas de jeunes gens pleins de talent qui se consacrent à notre peuple. Doit-on s’enorgueillir de ne pas avoir de poings?”

 

Ces lignes écrites il y a presque un siècle demeurent aussi actuelles et criantes de vérité aujourd’hui qu’alors. Nous avons pourtant bien aujourd’hui des poings et des “jeunes gens pleins de talent qui se consacrent à notre peuple”. Nous avons certes atteint le militarisme, mais nous ne l’avons pas encore pleinement intégré dans notre conscience nationale, tout comme nous n’avons pas encore intégré les exigences de la souveraineté politique sur notre terre.

 

La force de Tsahal n’est pas (seulement) dans sa supériorité technologique, que l’on vante souvent de manière exagérée et exclusive, oubliant que la puissance des armes n’est rien sans celle de l’esprit qui anime une armée, comme la Bible nous le rappelle sans cesse. La force de Tsahal réside avant dans la conscience de nos soldats que notre cause mérite leurs efforts et leurs sacrifices, et que notre guerre est une guerre juste et sacrée.

 

Ceux qui instruisent à la hâte le procès de nos soldats, parce que leurs comportements ne seraient pas assez “éthiques” pour plaire aux pays occidentaux (qui n’appliquent pas eux-mêmes les normes qu’ils prétendent nous imposer) ; ceux qui préfèrent la vie de nos ennemis à celles de nos soldats et de nos civils détruisent, sciemment ou non, le dernier rempart qui protége notre Etat et notre peuple.

 

 

* “L’éthique militaire d’Israël, une perspective historique”, dans Le temps de la guerre, Forum-Israël no. 3, décembre 2006.

 

 

© UPJF. ORG. Reproduction autorisée avec mention du lien.

 

Article mis à jour le 27-03-2016

Aucun Commentaires pour "Quelle morale pour Tsahal et pour Israël ? par Pierre Lurçat"

Ajouter un nouveau message pour "Quelle morale pour Tsahal et pour Israël ? par Pierre Lurçat"

Security code

Balises XHTML autorisées : [b], [i], [u], [strike], [blockquote], [span], [code]