Israël : le ministre de la Défense accuse une ONG de "trahison"

Une ONG israélienne militant contre les soi-disant "abus" dans les territoires palestiniens a commis une trahison en demandant à des soldats démobilisés de révéler des informations classifiées, a accusé lundi le ministre israélien de la Défense Moshe Yaalon. "Un reportage diffusé sur la chaîne +2+ a révélé qu'ils avaient posé à des soldats des questions qui étaient sans rapport avec la moralité et le caractère de leur activité", a-t-il déclaré selon des propos rapportés par son cabinet.

Dans la collecte des témoignages sur leur service militaire, des ex-soldats ont été interrogés sur "ce qui constitue en réalité des secrets opérationnels", a-t-il assuré. "Si ces données sont diffusées à l'extérieur, il s'agit d'une trahison."

"Pourquoi ont-ils besoin de savoir quel équipement nous utilisons dans les airs et sur terre (...) et quelles sont nos méthodes d'opération?", a poursuivi le ministre.

 

L'ONG "Breaking the Silence" recueille des témoignages de soldats sur des "exactions" soi-disant commises par des militaires israélien en opération dans les Territoires palestiniens.

Jeudi, la chaîne de télévision privée "2" a diffusé un reportage dans lequel des militants de l'ONG recueillent les témoignages de soldats démobilisés et leur demandent des précisions sur leurs équipements militaires et les méthodes utilisées lors de leurs opérations.

Le lendemain, M. Yaalon a ordonné à l'armée d'ouvrir une enquête "pour déterminer si des soldats démobilisés ont transmis des informations classifiées".

 

Yuli Novak, dirigeante de "Breaking the Silence", a démenti que son organisation ait violé la loi.

"Je peux dire sans la moindre équivoque que Breaking the Silence ne collecte pas de renseignements classifiés", a-t-elle assuré vendredi à la radio publique. "Il s'agit d'une tentative d'intimidation visant à faire taire tous ceux qui critiquent le gouvernement".

 

Le quotidien de gauche Haaretz a précisé que les scènes diffusées par la "2" avaient été filmées en caméra cachée par un activiste du groupe de droite nationaliste "Ad Kan", qui implante des taupes au sein des organisations de gauche et de défense des droits de l'Homme.

 

Le mois dernier, cinq ONG israéliennes, dont B'Tselem et "Breaking the Silence" ont condamné les tentatives de présenter leurs dirigeants comme des agents étrangers en soulignant que de telles accusations se sont traduites par des harcèlements et même des menaces de mort.

 

Au début de l'année, le Parlement israélien a voté en première lecture un projet de loi controversé qui vise à contraindre les ONG à révéler leur financement par des gouvernements étrangers.

 


D'après http://www.lorientlejour.com/article/976769/israel-le-ministre-de-la-defense-accuse-une-ong-de-trahison.html