L'insulte à la démocratie de Victorin Lurel Par Ivan Rioufol

C’est la démocratie que le ministre des Outre-Mer a insultée au nom de la France, en donnant Hugo Chavez comme exemple. Représentant le gouvernement, vendredi à Caracas à l’occasion des obsèques de l’autocrate vénézuélien, Victorin Lurel a déclaré, sans avoir été désavoué à cette heure : "Toutes choses égales par ailleurs, Chavez, c’est de Gaulle plus Léon Blum, c’est-à-dire le Front populaire, parce qu’il lutte contre les injustices (…) Le monde gagnerait à avoir beaucoup de dictateurs comme Hugo Chavez, puisqu’on prétend que c’est un dictateur. Il a pendant quatorze ans respecté les droits de l’homme". Non content d’avoir comparé de Gaulle et Blum à cet exubérant  démagogue, Lurel a encensé un soutien actif aux pires des dictateurs. Les amis de Chavez dirigent Cuba, l’Iran, la Syrie, la Biélorussie, etc. Certes, il a su redistribuer la manne pétrolière aux plus déshérités. Mais la désorganisation de l’Etat, les atteintes aux droits de l’homme, les propagandes antioccidentales, en sont un prix exorbitant. Les silences de François Hollande et de Jean-Marc Ayrault seraient-ils à interpréter comme une marque de consentement à des propos scandaleux?

Ce n’est pas la première fois que la gauche, en tout cas une partie d’entre elle, se trompe dramatiquement de combat en prenant le parti des despotes et des "démocraties populaires" , pourvu qu’ils tiennent des discours antilibéraux, antiatlantistes, tiersmondistes. J’ai été frappé, ces jours-ci, par le peu d’esprit critique contre ce tyran, pleuré rageusement par Jean-Luc Mélenchon. Déjà à la mort de Staline, le 5 mars 1953, une même ferveur avait gagné l’intelligentsia.Louis Aragon saluait "Staline, le plus grand philosophe de l’histoire" et Paul Eluard"Staline, l’homme que nous aimons le plus au monde". Ceux qui tressent des lauriers à Chavez et à sa révolution sont souvent les mêmes  qui, en France, multiplient les indulgences pour le totalitarisme islamique et le "palestinisme", cette idéologie antisioniste mise au service de la disparition de la démocratie israélienne. L’endormissement des vigilances est l’ennemi de nos démocraties ouvertes et fragiles. Pour cette raison, Lurel devrait s’excuser de sa légèreté ou être rappelé à l’ordre.

Je participerai, mardi, à On refait le monde, sur RTL (19h15-20h)

http://blog.lefigaro.fr/rioufol/