Espion contre espion, l’Amérique contre Israël par Daniel Pipes

Le fait que les Israéliens espionnent les Américains est de nouveau dans les journaux: les dirigeants de l’Etat juif viennent de faire une pétition pour la libération de Jonathan Pollard et l’Associated Press a rapporté avec inquiétude que les responsables de la sécurité nationale américaine, à certains moments, considèrent Israël comme «une menace authentique pour le contre-espionnage.» Le ton outragé adopté, le souffle presque coupé [d'indignation] laisse à penser: Comment osent-ils! Pour qui se prennent-ils? Mais l’espionnage sur les alliés est normal, et c’est une voie à double sens. Avant de trop monter sur leurs grands chevaux, les Américains devraient se rendre compte que Washington n’est pas innocent. De Reagan à Obama, le gouvernement américain a effectué un travail massif d’espionnage contre Israël. Exemples:

  • Yosef Amit, ancien major du renseignement militaire israélien, a espionné pour le compte de la CIA pendant plusieurs années, en se concentrant sur les mouvements de troupes et les politiques envers le Liban et les Palestiniens, jusqu’à son arrestation en 1986.
  • Itamar Rabinovitch , ambassadeur d’Israël à Washington entre 1993 et 1996, a révélé que pendant son mandat, le gouvernement des États-Unis avait déchiffré un code israélien: «Les Américains ont certainement mis sur écoute les lignes téléphoniques ordinaires [de l'ambassade]», et même sa ligne sécurisée. En conséquence, dit-il, «Chaque télégramme « juteux » courait le danger de faire l’objet d’une fuite. Nous avons envoyé très peu de ces télégrammes. Parfois je suis venu en Israël pour fournir des rapports de vive voix. »
  • Un sous-marin mystérieux dans les eaux territoriales israéliennes à 17kms 50 de Haïfa, en novembre 2004, qui a fui lorsqu’il a été découvert, s’est avéré être américain, ce qui ravive le souvenir de la mission secrète du navire USS Liberty en juin 1967.
  • Yossi Melman, un journaliste israélien spécialisé dans le renseignement, a trouvé que les attachés militaires américains à Tel-Aviv avaient recueilli des informations secrètes; des responsables israéliens, révèle-t-il, pensent que les services américains de renseignement ont été l’écoute des conversations entre le personnel clé en Israël et celui dans les missions étrangères. L’espionnage américain, conclut-il, a exposé des «secrets de la politique la plus cachée d’Israël.»
  • Une histoire officielle des services de renseignements d’Israël, publiée en 2008 a révélé (tel que rapporté par Reuters) que les agences d’espionnage américaines utilisaient l’ambassade à Tel-Aviv pour se livrer à l’espionnage électronique et former un personnel d’ambassade pour «la collecte méthodique de renseignements»
  • Barak Ben-Zur, un officier retraité du renseignement Shin Bet[le shabak ; agence de contre-espionnage israélienne, pour la sécurité intérieure d'Israël(NDLT)], a écrit dans ce même volume que «Les Etats-Unis ont été à l’affût des capacités non conventionnelles d’Israël et de ce qui se passe aux échelons de prise de décision. »
  • Un mémorandum secret de 5000 mots du 31 octobre 2008 (publié par Wikileaks), envoyé sous le nom de la Secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice , a répertorié les sujets sur lesquels l’État voulait des informations. La très longue liste comprend des renseignements sur «le processus décisionnel d’Israël pour le lancement des opérations militaires et la détermination de représailles pour des attaques terroristes», «la preuve de l’implication du gouvernement d’Israël dans «l’établissement des colonies et leur croissance» en Cisjordanie; les détails sur les opérations de Forces de défense israéliennes contre le Hamas, «y compris les assassinats ciblés et les tactiques/techniques utilisées par les unités aériennes et au sol»; et toutes les choses sur les technologies d’information qui sont utilisées par «les autorités gouvernementales et militaires, les services du renseignement et de sécurité»;
  • La National Security Agency (l’Agence de Sécurité nationale) emploie un grand nombre de gens parlant hébreu à Fort Meade, dans les quartiers généraux du siège de Maryland, où ils écoutent pour intercepter les communications israéliennes. Les problèmes juridiques en 2009 de l’un des leurs, Shamai K. Leibowitz., au sujet de la fuite d’informations, a révélé qu’il avait traduit en hébreu des conversations à l’ambassade israélienne à Washington en anglais, confirmant parfaitement ce que révèle Rabinovich.


Condoleezza Rice, a supervisé un vaste espionnage sur Israël
pendant son mandat de secrétaire d’État (2005-2009).

Les observateurs en ont tiré la conclusion évidente: «Yitzhak Rabin, deux fois Premier ministre a commenté, -pour paraphraser Caroline Glick -, qu’ «il ne se passe pas d’années qu’Israël ne découvre encore un agent américain faisant de l’espionnage contre l’Etat.» Un agent du contre -espionnage israélien note que les Américains « tentent de nous espionner tout le temps et toutes les manières possibles.» Matthieu M.Aid , l’auteur américain de la Guerre des «Intel»(2012), constate que Washington «a commencé l’espionnage sur Israël avant même que l’Etat d’Israël n’ait été officiellement fondé en 1948, et Israël a toujours espionné sur nous.»

Shamai K. Leibowitz
Shamai K. Leibowitz, qui a divulgué l’information de l’espionnage américain sur Israël.

Comme Aid le note, l’espionnage est réciproque. Il y a plus: cela a été la routine, un fait connu et accepté implicitement par les deux parties. De même ce n’est pas très inquiétant, car ces alliés ont beaucoup en commun, depuis les valeurs morales jusqu’aux ennemis idéologiques, et ils travaillent souvent en tandem. De là l’espionnage mutuel a peu de graves conséquences.

Pourquoi alors espionner? Pourquoi ne pas inviter Israël à la communauté anglophone five eyes , un groupement qui promet de ne pas s’espionner les uns des autres? Parce qu’Israël est en guerre. Comme Ben-Zur de l’agence Shin Bet le dit, «En fin de compte, les États-Unis ne veulent pas être surpris. Même par nous. » Ni, d’ailleurs, les Israéliens non plus ne veulent pas être surpris. Même par les Américains.

Donc, soyons adultes à ce sujet et calmons-nous. Espionner les Etats, même les alliés. Ce n’est pas grave.

 

Espion contre espion, l’Amérique contre Israël par Daniel Pipes

National Review Online
7 août 2012

http://fr.danielpipes.org/11778/espion-amerique-israel