Accueil >> Articles >> Politique >> Frédéric Lefevbre: basse polémique et discours bien-pensant

Politique

L'"affaire" Frédéric Lefebvre: basse polémique et discours bien-pensant

Ainsi donc, Franck Barrat et Carole Granade, les représentants du Modem aux Etats-Unis, et Corinne Narassiguin, candidate socialiste à la députation ont cru être en mesure de tancer Fréderic Lefebvre qui a exprimé sincèrement et sans retenue, son émotion, sa compassion, et son amitié à la communauté juive après la tuerie de Toulouse qui, comme il est le seul politique à le dire ouvertement « pue la haine ». Ainsi donc, Fréderic Lefebvre aurait commis cette faute de goût impardonnable « d’utiliser un drame national à des vues purement électives » pour avoir manifesté son soutien à la communauté juive.Encore, une fois, ces représentants politiques aux petits pieds, pernicieux et hypocrites, utilisent et mélangent à mauvais escient, les mots, les concepts, les dogmes, pour faire triompher la bien pensance, car tout est affaire de mots et surtout de cœur dans cette polémique artificielle et bassement politicienne.

 

FREDERIC LEFEVBRE

FREDERIC LEFEVBRE

Contrairement à ce qu’insinuent ses détracteurs, la récupération d’une tragédie ne consiste pas à exprimer, avec une force peu courante pour un homme politique, son émotion et sa compassion face à la litanie de platitudes énoncées par les hommes politiques.

La récupération consiste au contraire à accuser un tel ou un tel, après coup, d’avoir manqué à ses devoirs, d’avoir provoqué la situation, et comble de la perversité, d’être un peu coupable des actes des assassins. Par leur langage, par leurs habitudes, par leur comportement, par leurs idées, certains, à droite, auraient préparé et favorisé l’émergence de ce tueur djihadiste et ils en seraient donc responsables.

Cette dialectique constamment rappelée par la bien pensance médiatique et politique n’est pas sans rappeler celle qui a eu lieu après la seconde guerre mondiale quand, après la découverte des camps de concentration, certains ont cru bon de dire « mais qu’ont pu faire les juifs pour mériter un tel traitement ? ». Derrière ce génocide, il y avait forcément une cause, une explication à trouver chez eux ! Derrière cette question, se dissimulait le poison de la perversion qui empêchait la vraie question d’être posée et qui était au contraire « comment les allemands, un peuple aussi cultivé et évolué, ont-ils pu se transformer en animaux ? »

Mais revenons à Monsieur Bayrou et à ses représentants qui s’érigent en arbitre des élégances, et en parangons de vertu. Qu’a dit Monsieur Bayrou à la suite de cette tragédie notamment dans son discours de Grenoble ?

Que « Les hommes politiques ont le devoir de veiller à ce que les tensions, les passions et les haines ne soient pas entretenues, encouragées. Monter les uns contre les autres, même artificiellement, même électoralement, c'est faire flamber ce genre de passions",. "On lance des sujets, des mots, ils roulent comme des avalanches et, quelquefois, tombent sur des fous". "Notre engagement dans la campagne électorale, c'est que les Français aient un autre choix que l'affrontement perpétuel",

Autrement dit, François Bayrou, avec son « courage » habituel (sic !) qui l’oblige à ne jamais trancher là où il faut, a promptement zappé l’opportunité d’exprimer une émotion authentique, pour sauter directement dans le pseudo costume de celui qui veut voir plus loin, mais dont les lunettes ne sont sans doute pas adaptées à la myopie, en insinuant, que cette tuerie, fait partie d’un ensemble de tensions dites « intercommunautaires » auxquelles tous participeraient, et notamment un discours sécuritaire que lui refuse précisément de tenir et même d’appliquer.

Par ses déclarations, Monsieur Bayrou et ses affidés renvoient tout le monde, victimes et coupables, dos à dos, comme si un discours visant à désigner les délinquants, sans les assimiler aux victimes était déjà un acte coupable, comme si il avait déjà vu des juifs chercher à se venger après l’assassinat d’Ilan Halimi, et des centaines d’actes antisémites perpétrés chaque année. Comme si il était témoin d’appels chrétiens à tuer des musulmans après les massacres quotidiens des chrétiens d’Orient et d’Afrique par des fanatiques musulmans, ou après de nombreux actes racistes anti-blanc de plus en plus tolérés en France ? Comme si, dénoncer des délinquants devenus des bêtes féroces, revenait à s’en faire les complices ! Vous n’avez rien compris répètent ils en cœur, c’est en exprimant vos craintes que vous devenez des proies et forcez vos agresseurs à révéler leur nature !

Mais où Monsieur Bayrou a-t-il vu ça ? Comment lui et ses représentants nord américains peuvent-il même l’imaginer et inventer une réalité fantasmatique qui n’a jamais existé ? Ou vivent-il ? Pas dans le quotidien des français en tout cas.

Quand à Corine Narassiguin, elle s’émeut sur une sélection des victimes en affirmant « Quand on sollicite un mandat national, on ne peut pas se permettre de faire un tri entre les victimes ».

Il est vrai qu’en tri des victimes, le Parti socialiste et ses représentants sont des orfèvres… avec Stéphane Hessel en guise de modèle !

Pour lui, les seules victimes valables, sont celles défendues avec ardeur, et sans aucune limite ni décence, ni pudeur, par ses filiales associatives que sont SOS RACISME, le MRAP, la LICRA, la LIGUE DES DROITS DE L’HOMME et l’UEJF, à savoir les victimes des minorités dites « visibles » pourvu qu’elles ne soient ni blanches, ni chrétiennes, celles qui ont gagné de haute lutte leurs statuts de victimes sacralisées, officialisées, et sanctuarisées de façon éternelle au panthéon de la compassion sélective. Les coupables sont systématiquement, des libres penseurs blancs qui refusent la dictature du multiculturalisme. Ainsi soit-il….

Par contre, on n’a pas encore vu le Parti socialiste, et ses filiales associatives prétendues anti-racistes s’inquiéter du racisme anti-français, anti blanc, antisémite et anti sioniste qui gagne nos banlieues, du génocide du Sud-Soudan ou du Darfour où plusieurs millions de chrétiens, de noirs ou d’animistes ont été massacrés, asservis ou violés par le régime islamiste de Khartoum, de la mainmise du Hezbollah sur le Liban, de la situation des chrétiens d’Orient, ou , du régime négationniste sexiste et homophobe de Téhéran pour ne citer qu’eux.

Revenons un instant sur les déclarations de ses dirigeants qui après la minute de silence réglementaire en l’hommage des victimes, plaident la cause du « vivre ensemble ». Ici encore, l’indécence de cette proposition politique laisse un gout nauséeux. Ici encore, et selon la même technique que François Bayrou, le Parti Socialiste lance un message unique, qui s’adresse à tous, sans faire de distinction entre bourreaux et victimes, comme si toutes les idéologies, toutes les théologies se valaient. Surtout ne pas montrer du doigt et désigner les coupables. Mais pourquoi ? Car ces objecteurs de conscience qui tiennent depuis trente ans le haut du pavé sont les pompiers pyromanes qui n’ont cessé d’attiser et de favoriser cette expression des revendications communautaires et ne savent plus à présent comment gérer le monstre qu’ils ont contribué à créer. Appeler à « vivre ensemble »….avec des personnes prêtes à se muer en bêtes sauvages, comme l’a montré les tortures d’Ilan Halimi, l’agression raciste d’un étudiant de Science Po dans un bus noctilien et à présent le carnage d’un djihadiste musulman.

A qui s’adresse ce message ? A-t-on vu dans les milieux chrétiens, juifs, bouddhistes, animistes, ou athées des gens qui refusent les règles et lois de la société française, saccager des mosquées et appeler à la guerre sainte ? Auraient-ils manqué à leurs obligations civiques ?

Les représentants socialistes reprochent également à Fréderic Lefebvre de ne pas avoir eu la même empathie pour les militaires. Ici encore, on veut troubler l’opinion, avec un mauvais procès, sans tenir compte du contexte, pour salir l’image d’un homme d’honneur et de cœur. Rappelons que Fréderic Lefebvre a commencé par rappeler « le meurtre d’hommes qui consacrent leur vie à défendre notre patrie » et que c’est à ce titre, et pour cette cause, qu’ils sont tombés, que la mort les fauché là où ils s’y attendaient le moins. La tradition militaire est faite de pudeur et de réserve et l’émotion pour honorer des morts s’y exprime selon des règles qui lui sont propres avec la dignité et les honneurs qui leur siéent. Ces militaires français ont été victimes de leur engagement pour la France piégés dans un lieu improbable par une embuscade menée par la haine de leurs ennemis.

Les enfants morts d’Ozar Hatora agés de 3, 6 et 8 ans sont victimes d’avoir existé en tant que juifs.

Ce n’étaient pas des combattants, ce n’étaient pas des personnes engagées, ils n’avaient pas de combat. Pour un djihadiste ils devaient disparaitre car  ils étaient intrinsèquement coupables. Pour leurs parents, pour la France, pour la société, pour toute l’humanité, ils représentaient l’innocence et la pureté, ils représentaient une lumière pour l’avenir, et ont révélé la barbarie de la cause djihadiste.

Quoi qu’on en dise, si n’importe qui, dans un moment de folie, ou pour se défendre, peut être amené à tuer, un Homme digne de ce nom envisage-t-il de se défendre contre un bébé de trois ans en lui logeant une balle dans la tête …( ?). Que ceux qui le pensent se désignent….

Au final, que retiendra-t-on de cette basse polémique ? Que pour certains politiciens, exprimer à cœur ouvert son dégout pour un meurtre de bébés et d’enfants sur une base antisémite et manifester son amitié et son soutien à la communauté juive comme l’a fait Frédéric Lefebvre, c’est devenir infréquentable ! CQFD.

Nous laissons leurs auteurs s’arranger avec leur conscience.

Le bureau UPJF

 

Article mis à jour le 29-03-2012

3 Commentaires pour "L'"affaire" Frédéric Lefebvre: basse polémique et discours bien-pensant"

David :

30/03/2012 07:06 #1

Il n'y a rien a essayer de leur expliquer. Il faut seulement les combattre sans cesse.
Citer Répondre

Marie :

30/03/2012 17:02 #2

Nous sommes de tout coeur avec Frédéric Lefebvre qui ne mâche pas ses mots et qui défend avec passion ses idées.
Ce sont des hommes comme lui qui devraient être Ministre des Affaires Etrangères pour nettoyer le Quai d'Orsay , repaire de fainéants pro-arabes et gauchistes masqués.
Quant aux critiques des minus du modem et PS on sait que ce sont des incapables, irresponsables et haineux: regarder Mme Sarnez qui est une arriviste jamais élue au suffrage national et qui ne dit que des sottises: elle est bête et méchante comme dirait Séguela(comme Pulvar et Montebour).
Quant à la représentante du PS , rappelons lui les responsabilités de Vaillant et Bartolone dans la renaissance de l'anti-judaïsme dans les années 2000-2002, quand le PS était au pouvoir . Alors Taisez -vous!
Citer Répondre

JulienP :

30/03/2012 18:23 #3

Je suis choqué. Pas par ce que vous souhaitez dénoncer mais par le fait que vous le fassiez ! Deux choses : soit vous n'avez pas compris ce qu'il s'est passé soit vous êtes proche de Zadig et Voltaire !

Ce qui nous a choqué, nous membres de la communauté juive française des USA, ce n'est pas son billet. Au contraire ! Nous sommes d'accord. Mais c'est qu'il a utilisé ce drame et notre confession a des fins électoralistes ! Il a envoyé son message uniquement à ses futurs électeurs. Aux français vivant en amérique du nord. Je me repete : a ses électeurs. Donc il a utilisé ça a des fins électoralistes. Je viens de le démontrer par A+B ! Nous sommes tous d'accord sur le fond du papier. Mais sur la forme ce qu'il a fait c'est au mieux nous prendre pour des idiots. Au pire être dégueulasse. Libre a chacun d'avoir de la fierté et de l'honneur. Mais ici aux USA c'est très mal passé et on aurait apprécié que vous le compreniez et que vous nous souteniez au lieu de tomber dans les bras d'un mec qui vient sur en Terre Sainte pour l'image
Citer Répondre

Ajouter un nouveau message pour "L'"affaire" Frédéric Lefebvre: basse polémique et discours bien-pensant"

Security code

Balises XHTML autorisées : [b], [i], [u], [strike], [blockquote], [span], [code]