Accueil >> Articles >> Politique >> Union européenne – Israël : L’hôpital qui se moque de la charité! Dora Marrache

Politique

Union européenne – Israël : L’hôpital qui se moque de la charité! Dora Marrache

Nul n’ignore qu’aujourd’hui il est de bon ton de dénoncer le gouvernement de l’État d’Israël, et donc ce pays dans son entier et le peuple juif. Zvi Mazel, ancien ambassadeur d’Israël, déclarait que « pendant ces vingt dernières années, Israël a été attaqué de façon indiscriminée par les gouvernements européens, tandis que la presse européenne déforme les informations en provenance du Moyen-Orient ». Tout est motif à condamnation au point qu’Israël pourrait figurer dans le Livre des Records quant au nombre de condamnations émises par l’ONU et par les pays européens. Car si l’Union européenne est le premier partenaire commercial d’Israël dans les domaines scientifique et économique, elle n’adopte pas pour autant une politique pro-israélienne. Ses rapports avec l’État juif sont à tout le moins ambigus, et ses prises de position, très nettes en faveur des Palestiniens, se traduisent nécessairement par une hostilité larvée à l’égard d’Israël. Certains politiques ne cachent même pas leur antisémitisme

Union européenne – Israël : L’hôpital qui se moque de la charité! Dora Marrache

Union européenne – Israël : L’hôpital qui se moque de la charité! Dora Marrache

À titre d’exemple, George Karatzaferis, chef du parti d’extrême droite en Grèce, n’a pas honte de poser la question suivante à propos des attentats du 11 septembre : « Pourquoi tous les Juifs ont-ils été prévenus de ne pas aller travailler ce jour-là ? ». Tout comme il ne craint pas de s’afficher comme révisionniste : « Parlons-en donc de toutes les histoires au sujet d’Auschwitz et de Dachau ».
Bien sûr, l’UE se prétend impartiale dans le conflit, et affirme vouloir simplement la création de deux États vivant côte à côte.
Mais quoi qu’elle en dise, les faits ne lui donnent pas raison.
Il n’est pas jusqu’à la terminologie employée qui ne traduise sa prise de position pro-palestinienne. Elle voit dans les Palestiniens les « victimes » de l’oppression israélienne, et dans les Israéliens des « agresseurs ». Il en est ainsi depuis les années 70, mais surtout depuis septembre 2000, date de la seconde intifada.

L’UE condamne évidemment systématiquement toute construction dans ce qu’elle considère comme des territoires « colonisés », à savoir Jérusalem-Est et la Judée – Samarie. Invoquant le droit international, l’UE considère que ces territoires « disputés » font partie du futur État palestinien, et que « Jérusalem est appelée à devenir la capitale des deux États, Israël et le futur État palestinien ».

En décembre 2011, l’UE a condamné la démolition de l’Hôtel Sepherd pour construire des logements destinés à ceux qu’elle appelle « les colons juifs », tout comme elle a condamné la construction de logements dans Ghilo, un secteur de la capitale de l’État d’Israël, allant jusqu’à parler de « provocation » de la part d’Israël. Pourtant, les ministres des Affaires étrangères des pays européens savent que Ghilo ne fait pas partie des territoires disputés, tout comme ils savent que Jérusalem est la capitale d’Israël et que la Judée-Samarie fait partie du territoire israélien.

Et pour couronner le tout, il y a quelques jours, on apprenait que les ambassadeurs européens en poste en Israël avaient rédigé, à l’insu d’Israël, un rapport qu’ils ont qualifié de « document de réflexion » -bel euphémisme !- et dans lequel ils dénoncent les inégalités dont sont victimes les Arabes qui vivent en Israël.

Ils appellent l’UE à réagir car, disent-ils, elle se doit de « considérer la façon dont Israël traite ses minorités comme un problème central, et pas secondaire, par rapport au conflit israélo-palestinien ».
La première question qui vient à l’esprit de tout un chacun est la suivante : Alors, comment expliquer que 82% des Arabes israéliens veuillent conserver la nationalité israélienne plutôt que d’être naturalisés palestiniens le jour où sera créé l’État palestinien ? Les Arabes israéliens seraient-ils maso pour préférer « l’enfer d’Israël » au « paradis palestinien » ?
PRINCIPAUX POINTS SOULEVÉS PAR LE RAPPORT
Les Arabes israéliens, au nombre d’un million et demi, soit 20% de la population, seraient victimes de nombreuses inégalités. «La situation de la population arabe d’Israël est de façon quantifiable plus mauvaise que celle de sa majorité non-arabe en termes de revenus, d’éducation, d’accès au logement et à la propriété », peut-on lire dans le rapport.
1. Inégalités économiques: Selon le rapport, 50% des Arabes israéliens vivent sous le seuil de la pauvreté. Ainsi, selon le même rapport, «les indicateurs économiques récents montrent que la situation économique des Arabes israéliens est statique ou se détériore (…) Les revenus moyens dans la communauté arabe israélienne en 2008 ne représentaient que 61% de ceux des foyers juifs, contre 69% en 2003».
Mais le rapport NE DIT PAS que cette différence s’explique par le faible pourcentage de personnes actives parmi les Arabes israéliens : 39% contre 57 % pour le reste de la population, un écart qui s’explique par le fait que les femmes musulmanes sont beaucoup moins nombreuses sur le marché du travail que les femmes juives. En effet, si on se limite à la population active masculine, le taux est le même chez les hommes juifs et musulmans : 60% (Source Wikepedia)
Et dans le « document de réflexion », les ambassadeurs européens se gardent bien de dire qu’Israël n’a pas attendu ce rapport pour se pencher sur la situation économique des Arabes. Ainsi, en janvier 2010, Shimon Pérès, en compagnie des chefs de grandes entreprises israéliennes, a fait une tournée dans le Nord d’Israël dans le but de relancer l’économie arabe. Et, au même moment, Netanyahou a réuni « un forum consultatif » afin d’encourager la communauté arabe à participer activement à l’essor économique.
2. Inégalités en matière d’éducation : Aucune donnée précise. On peut supposer que le rapport met l’accent sur l’écart entre le niveau d’éducation des Arabes et celui des Juifs, entre le nombre d’élèves par classe dans les écoles arabes par rapport aux écoles juives, etc.
MAIS le rapport dit-il que le nombre d’années de scolarité des enfants arabes israéliens a augmenté entre 1961 et 1996, passant de 1,2 à 10,4 années ?
Faut-il rappeler à ces ambassadeurs ce que disait le journaliste Souhail Ftouh, à savoir que « le niveau d’éducation des Arabes israéliens est le meilleur de tout le monde arabe », et que « Le Ministère de l’Éducation israélien attribue autant d’argent par tête pour les enfants arabes israéliens que les Ministères des pays arabes pour leurs propres enfants ! Les enfants arabes d’Israël bénéficient de beaucoup plus de programmes d’éveil et de soutien que les enfants dans les pays arabes. Les bâtiments scolaires des pays arabes sont dans un état déplorable et beaucoup n’ont pas de jardins d’enfants. »
L’Europe, si prompte à condamner Israël, peut-elle se vanter d’en faire autant pour les enfants musulmans ?
3. Inégalités en matière de logement : 3% seulement des propriétaires terriens sont des Arabes israéliens. Évidemment, les auteurs soulignent –ô sacrilège !- que quelques rabbins ont lancé un appel pour que les Juifs ne vendent pas leurs terres aux Arabes.
Mais le rapport NE DIT PAS (1) que Benjamin Netanyahou a condamné cette initiative des rabbins, et (2) qu’il existe des lois palestiniennes qui « punissent de la peine de mort tout musulman qui vend un centimètre carré de terre à un juif ».
4. Discriminations politiques : Les auteurs du rapport prétendent qu’Israël aurait voulu faire voter par la Knesset des projets de lois discriminatoires.
Alors, comme ces messieurs se posent en ardents défenseurs des valeurs humanistes, ils souhaiteraient voir l’UE prendre des mesures contre le gouvernement israélien afin qu’il réponde aux attentes des Arabes israéliens. Les diplomates se disent particulièrement inquiets « de possibles discriminations politiques, via la multiplication de projets de lois, soutenus par le gouvernement de droite de Benjamin Netanyahu, visant à affaiblir le statut de la minorité arabe ».
Font-ils allusion au serment d’allégeance pour obtenir la nationalité israélienne ? Dans ce cas-là, trouvent-ils normal que les Arabes israéliens, même s’ils préfèrent vivre en Israël plutôt que dans leur propre État, considèrent qu’ils sont
une part intégrale de la nation palestinienne ?

Et le rapport NE DIT PAS que
- Neuf Arabes israéliens siègent à la Knesset – - Un Arabe israélien, Abdel Rahman Zuabi, siège à la Cour Suprême et que sa nomination est, selon le ministre de la Justice Tzahi Hanegbi, « un signe d’intégration réussie de la communauté arabe dans la vie du pays ». – Un juge arabe, Salim Jubran, siège de façon permanente à la Cour Suprême d’Israël depuis mai 2004. (Source Wikepedia).
Quels pays européens pourraient se vanter, sinon de faire mieux, du moins d’en faire autant ?

LE PRINCIPE DE NON-INGÉRENCE

Et quand bien même la situation des Arabes israéliens serait inquiétante – ce qui n’est nullement le cas- l’Europe a-t-elle le droit de s’ingérer dans les affaires du gouvernement israélien, un État souverain? Faut-il lui rappeler que selon le “principe de non-ingérence”, principe qui a partie liée avec le principe du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, « un Etat ne saurait intervenir dans ce qu’on appelle généralement les affaires intérieures ou la compétence nationale, réservée ou encore exclusive d’un autre Etat ».

Ces diplomates, sans doute habitués à exercer dans des pays qui bafouent les droits de l’homme, semblent oublier qu’Israël est un État souverain. En revanche, force est de constater que la Syrie mérite tout le respect de l’UE malgré ses milliers de morts !

ALORS POURQUOI CE RAPPORT ?

1. Les relations avec les pays arabes Serait-ce pour plaire aux Arabes que l’Europe n’a de cesse de critiquer Israël ? C’est sans doute une des raisons, mais ce n’est pas la seule. Certes, l’Europe a besoin du pétrole des pays arabes : « Elle est extrêmement dépendante des pays de l’OPEP parce que rien n’a jamais été fait pour trouver de nouvelles sources d’énergie qui auraient pu mettre fin à sa dépendance ».

Mais l’Europe constate aussi, non sans une certaine appréhension – pour ne pas dire une appréhension certaine- l’avancée de l’Islam sur son territoire, et elle veut éviter à tout prix les problèmes avec la communauté musulmane dont les voix lui sont précieuses. Alors, que ce soit en Belgique ou encore en France, les chefs d’État ont tout intérêt à condamner la politique israélienne. Plus on est du côté des Palestiniens, plus on a de chances d’être élu. On croit acheter la paix, en réalité on prépare la guerre.

2. L’identité juive de l’État d’Israël : Dans sa tentative pour mettre fin aux dissensions religieuses et faire triompher les valeurs humanistes, l’UE a perdu son identité : l’islamisation est en marche et le mécontentement, généralisé.

Alors, habitée peut-être par le regret d’avoir renoncé à l’État-nation, elle ne supporte pas qu’un État, à fortiori un État peuplé de Juifs, s’identifie comme État juif.

En fait, de ce rapport se dégage clairement le refus de l’Union de reconnaître premièrement le caractère juif de l’État d’Israël, et deuxièmement les frontières de cet État. Et ne peut-on avancer que ce rapport sert également à poser la question de la légitimité d’Israël ?

3. La sécurité d’Israël ? Devant le refus de l’UE de reconnaître Israël comme un État juif, devant ses condamnations injustifiées d’Israël, et devant le financement on ne peut plus généreux qu’elle accorde à l’Autorité palestinienne alors que l’Europe connaît une grave crise économique, on est en droit de se poser des questions, et d’émettre des hypothèses que d’aucuns jugeront farfelues, mais qui nous semblent à nous Juifs qui avons vécu l’inénarrable tout à fait plausibles. Par exemple, ne pourrait-on pas envisager que l’Europe veuille éradiquer l’État d’Israël comme elle a voulu en 40 éradiquer le peuple juif ? Au fond, qu’importe à l’Union européenne que l’État d’Israël cesse d’exister !

Au contraire, répondront, sans l’ombre d’un doute, les auteurs du rapport qui précisent que c’est justement pour lutter contre la délégitimation dont il est victime qu’ils conseillent à l’État d’Israël de régler le problème des inégalités qui frappent les Arabes israéliens.

Mais le gouvernement israélien sait qu’il n’a pas intérêt à suivre les recommandations des Européens, et il sait aussi que si le pays était en danger, il ne devrait compter que sur lui-même pour se défendre, quelles que soient les promesses que l’Europe puisse lui faire en matière de sécurité. D’ailleurs, comment pourrait-elle assurer la sécurité d’Israël alors qu’elle n’est même pas en mesure d’assurer la sienne? Si les pays européens connaissaient les problèmes que connaît Israël en matière de sécurité, seraient-ils capables d’y remédier?

Croire que l’Europe se préoccupe de la sécurité d’Israël est une grave erreur. De toute évidence, elle ne semble même pas consciente des risques qu’encourt l’État d’Israël puisque Bernardino Leon, émissaire spécial de l’Union européenne pour le «Printemps arabe», affirme qu’Israël n’a rien à craindre des Arabes car « il est très difficile d’imaginer une guerre avec des démocraties ».

Il faudrait rappeler à toutes les nations qui veulent que ce conflit soit résolu à tout prix qu’il y va de l’existence d’Israël, que « si les Arabes palestiniens déposaient les armes, il n’y aurait plus de conflit », mais qu’en revanche, « si les Israéliens déposaient les armes, il n’y aurait plus d’Israël ».

L’UNION EUROPÉENNE ET SES MINORITÉS

Et maintenant si nous parlions un peu du traitement des minorités dans les pays européens car, pour se permettre de dénoncer le comportement d’un État vis-à-vis de ses minorités, il faut soi-même être irréprochable.
Or, l’Europe est mal placée pour se poser en donneur de leçons. Elle « voit la paille dans l’œil du voisin, mais pas la poutre dans le sien ». En effet, les données de l’Observatoire européen des Phénomènes racistes et xénophobes ne sont guère tendres envers l’Europe. Le rapport de l’EUMC intitulé « Les musulmans au sein de l’Union européenne – Discrimination et islamophobie » compte 133 pages, contre 27 pour le document rédigé par les ambassadeurs européens en Israël. Il a le mérite d’être très détaillé et très bien documenté. Il conclut que, dans les pays de l’Union européenne, nombreux sont les musulmans qui souffrent d’inégalités, que ce soit du point de vue de l’emploi, de l’éducation ou du logement.

1. Emploi : « Dans la plupart des États membres, les immigrés musulmans ont généralement des taux d’emploi peu élevés », de 15 à 40 % inférieurs à ceux des nationaux. Dans plusieurs pays de l’Union européenne, le taux de chômage parmi les musulmans est nettement supérieur à celui des non-musulmans. Les recherches statistiques montrent par exemple qu’en Belgique le taux de chômage des Marocains et des Turcs (38%) est cinq fois supérieur à celui des Belges de souche (7%); en Allemagne, en 2004, le taux de chômage des étrangers (environ 20%) était près de deux fois supérieur à la moyenne; en France, des recherches réalisées en 2005 montrent que les que la situation de l’emploi est de loin la plus mauvaise pour les jeunes d’origine maghrébine, etc.

Qui plus est, « les tests effectués pour évaluer les inégalités de traitement au Royaume-Uni et en France ont montré que les personnes qui portent des patronymes à consonance musulmane ou qui sont originaires de pays où les musulmans sont majoritaires ont beaucoup moins de chance d’être convoquées pour un entretien d’embauche ».

2. Éducation – Les statistiques disponibles montrent que « les élèves musulmans sont défavorisés par le système éducatif », que leurs résultats scolaires sont moins bons que ceux des autres groupes. Parmi les causes probables, ne faudrait-il pas inclure le taux de chômage, la pauvreté et la marginalisation due à la religion ?

3. Logement – Le logement est un autre problème. Quand ils ont la chance d’avoir un logement, les migrants occupent les logements les plus pauvres et les moins sécuritaires.

Et le rapport de conclure « qu’il n’est pas toujours possible de dire si c’est l’islamophobie, la xénophobie ou le racisme qui sont à l’origine de la discrimination».

De toute façon, quelle qu’en soit la cause, elle prouve que l’UE connaît de graves problèmes avec ses minorités. Et les pays européens osent critiquer Israël ! Comme on le voit, ils feraient bien de balayer devant leur cour avant de s’inquiéter du sort des minorités en Israël.

Que l’Europe commence donc par répondre aux attentes de ses citoyens avant de s’intéresser à celles des Arabes israéliens ! Qu’elle commence donc par donner l’exemple en luttant contre la pauvreté et l’exclusion sociale au lieu de se préoccuper de ce que fait Israël à l’intérieur de ses frontières !

CONCLUSION

Il est étonnant que les diplomates européens n’aient pas réalisé que le problème ne concerne ni les territoires, ni les frontières, ni même la reconnaissance d’un État palestinien : le problème, c’est l’existence de l’État juif qui, en plein cœur des pays arabes, vit sur le modèle européen, défend la démocratie, prône des valeurs occidentales, etc. et qui, par conséquent, doit être éradiqué.
Au lieu d’accuser Israël de tous les maux, au lieu de lui faire porter la responsabilité du conflit avec les Palestiniens et, partant, du développement de l’islamisme radical, l’UE devrait réaliser qu’Israël et l’Europe sont partenaires dans le même combat, le combat pour sauver les valeurs des pays occidentaux car les ennemis des islamistes sont la démocratie et les incroyants. C’est le combat pour que demain la Charia ne remplace pas ce qui fait la fierté des Européens : La Déclaration universelle des Droits de l’Homme et du citoyen.
Quelques politiques l’ont compris, dont le parti politique allemand Freiheit, un parti qui « soutient avec détermination Israël » qu’il voit comme « le seul État démocratique au Moyen-Orient qui est dès lors l’avant-poste du monde occidental sur la scène arabe ». Ses membres appellent tous les pays démocratiques « à montrer le plus vif intérêt pour le maintien d’Israël dans ses droits à l’autodétermination et à la sécurité », et ils se sont engagés « de façon explicite pour le droit d’Israël à l’existence, un droit qui ne peut être remis en question ».

Combien de pays seraient prêts à emboîter le pas à ce parti, à faire preuve comme lui de lucidité et de clairvoyance, et à défendre l’État d’Israël ?

Source : Radio Shalom Montréal

Article mis à jour le 12-01-2012

Qui est le vrai BOSS de l UMP ?




1 Commentaires pour "Union européenne – Israël : L’hôpital qui se moque de la charité! Dora Marrache"

alt1

Security code

Balises XHTML autorisées : [b], [i], [u], [strike], [blockquote], [span], [code]

DANY :

22/07/2013 11:45 #1

Mais de qui se moque l'Europe aujourd'hui ? après avoir fermé les yeux sur les convois de déportés juifs dans les camps d'extermination nazis, voilà que la bête immonde européenne refait surface avec arrogance pour condamner Israël de vivre sur sa terre ancestrale; sous la férule de politiciens corrompus et incompétents, l'Europe, qui part complètement à la dérive, s'embourbe dans ses propres contradictions : elle veut aujourd'hui donner aux Arabes de Palestine qui ont collaboré avec le régime nazi (sous la houlette du Mufti de la mosquée de Jérusalem AL-HUSSEINI) la terre qui a été retirée aux Turcs à cause de la collaboration davec l'Allemagne pendant la guerre de 1914-1918; l'Europe nage en plein délire et il faudrait une campagne de pub à la TV pour l'expliquer aux citoyens européens !
Répondre Citer
alt1