Stéphane Hessel, un résistant de bureau, par Pierre-André Taguieff

L’« icône » des ennemis d’Israël a-t-il été ce qu’il est convenu d’appeler un « grand résistant » ? La réponse à cette question peut être aussi claire que ferme, et ne décevra que les adorateurs naïfs de l’idole médiatique. Loin d’avoir été une grande figure de la Résistance – et personne, bien entendu, ne saurait lui en tenir rigueur -, Hessel a fait une modeste carrière de jeune résistant de bureau, qui a vécu à Londres de mai 1941 à la fin mars 1944.

À partir de mars 1942, il travaille à Londres pour la section R du Bureau central de renseignements et d’action (BCRA). Sa courte action dans la Résistance sur le sol français a duré trois mois et neuf jours, du début d’avril 1944 au 9 juillet 1944 (il fut arrêté par la Gestapo le 10 juillet). À la fin de mars 1944, Hessel arrive de Londres en France par un Lysander : il fait alors partie de la mission « Greco » visant à réorganiser en France les liaisons radio des divers réseaux en vue du débarquement. Son rôle dans la Résistance, que nul ne songe à nier, et qu’il convient bien sûr de saluer, a été fort modeste, ou si l'on veut, secondaire.

Loin d’avoir été un « grand résistant », il a été un honorable second rôle.

 Reproduction vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous :

© Pierre-André Taguieff pour www.Drzz.fr

titre original "Stéphane Hessel, une courte mise au point sur ce grand méconnu - par Pierre-André Taguieff"