Accueil >> Articles >> Culture >> Elisabeth Taylor, sioniste fidèle par Véronique Chemla

Culture

Elisabeth Taylor, sioniste fidèle par Véronique Chemla

Une légende hollywoodienne qui a joué notamment dans Les comédiens de Peter Glenville, film inspiré du roman de Graham Greene et diffusé par Arte le 7 août 2011 à 20 h 40. Enfant prodige-star dans Fidèle Lassie (1943), film de Fred M. Wilcox, devenue actrice oscarisée ayant tourné sous la direction des meilleurs réalisateurs, avec des acteurs excellents. Liz Taylor et ses sept maris – pas simultanés -, son humour et son intelligence, sa générosité et sa beauté, ses diamants et ses problèmes de poids et d’alcool, sa lutte contre le SIDA… Les médias ont longuement développé ces facettes de cette dame aux yeux violets qui est décédée à 79 ans, d’une insuffisance respiratoire, à Los Angeles (Etats-Unis) le 23 mars 2011, a été inhumée le 24 mars 2011, au cimetière de Forest Lawn, lors d'une cérémonie intime et d'un office oecuménique mené par le rabbin Jerry Cutler.

ELISABETH TAYLOR

ELISABETH TAYLOR

C’est un autre aspect d’Elizabeth Taylor, née dans une famille chrétienne en Angleterre, qui la rend plus attachante encore : son judaïsme et son ardent sionisme.
Dans son hommage, ZOA (Organisation sioniste d’Amérique) a rappelé qu’Elizabeth Taylor, qualifiée d'« ardente sioniste », avait été convertie au judaïsme, sous le nom d’Elisheba Rachel, en 1959 par le rabbin du Temple Israël à Hollywood Max Nussbaum, qui devient président de ZOA de 1964 à 1966 et dont cette synagogue comptait parmi ses fidèles entre autres célébrités Al Jolson, Sammy Davis, Jr., Eddie Fisher, Eddie Cantor, George Jessel et Leonard Nimoy. Elle avait épousé en 1957 le producteur Juif Michael (Mike) Todd qui disparut dans un accident d’avion en 1958, puis en 1959 le chanteur Juif Eddie Fisher dont elle divorce en 1964 pour épouser le comédien Richard Burton. En 1952, elle avait interprété le rôle de Rébecca d’York, Juive férue en médecine, dans Ivanhoé de Richard Thorpe, avec Robert Taylor, George Sanders et Joan Fontaine.
Parmi les remarquables actions d’Elizabeth Taylor au service de causes Juives, citons son achat en 1959 pour 100 000 dollars de bonds israéliens – en représailles à sa conversion au judaïsme et à « des causes israéliennes », l’Egypte de Nasser a interdit ses films -, et sa participation à un gala à Londres en 1967 au cours duquel 840 000 dollars ont été collectés.
En 1967, elle avait annulé sa visite à Moscou (URSS) après que l’Union soviétique eut attaqué violemment l’Etat d’Israël après la guerre des Six-jours. En 1975, elle a été l’une des 60 femmes éminentes à signer une déclaration adressée au secrétaire général des Nations unies, alors Kurt Waldheim, afin de condamner la résolution infâme de l’assemblée générale de l’ONU assimilant le sionisme au racisme.
Lors du détournement par des terroristes gauchistes et palestiniens d’un avion d’Air France vers l’aéroport d’Entebbe (Ouganda) en fin juin-début juillet 1976, Liz Taylor s’était portée volontaire comme otage. L’armée israélienne avait alors conçu une opération pour délivrer la centaine d'otages.
Elizabeth Taylor a séjourné à plusieurs reprises en Israël où elle a dialogué avec les plus hauts dirigeants, dont en 1983 Menahem Begin, alors Premier ministre.
En 1987, elle avait signé une pétition demandant la libération d’URSS d’une refuznik, Ida Nudel.
Son activisme pro-israélien a suscité l’ire de nombreux Etats arabes qui ont interdit ses films. Cependant, en 1964, l’Egypte a enlevé le nom d’Elizabeth Taylor de sa liste des artistes à boycotter lors de la sortie du film Cléopâtre de Joseph L. Mankiewicz (1963) : ce film asurait la promotion de ce pays.
Dévouée à de nombreuses causes, Elizabeth Taylor avait illustré avec sensibilité et douceur ce concept majeur du judaïsme : le tikkoun olam (réparer le monde).
Dans les années 1990, Elizabeth Taylor avait pris la parole lors d’un grand concert public de sensibilisation aux actions de prévention du SIDA. Alors qu'elle aurait pu mener une vie tranquille de guest star dans des séries américaines ou superproductions, alors que de nombreux spectateurs jeunes mal polis exprimaient bruyamment leur souhait d’entendre la musique, et non le discours bref et altruiste de cette star, Elizabeth Taylor avait dit avec simplicité cette phrase essentielle : « The world needs you » (« Le monde a besoin de vous »).
Le monde, et notamment celui des artistes, Juifs ou non, actifs dans la diffamation d’Israël, passifs devant sa délégitimation ou réticents à se rendre dans l’Etat Juif, a besoin de dames comme Elizabeth Taylor, intelligente, sensible, Juive, sioniste et fière de l’être.
Qu’elle en soit remerciée et louée.
http://www.veroniquechemla.info/2011/03/elizabeth-taylor-sioniste-fidele.html

Article mis à jour le 14-08-2011

Qui est le vrai BOSS de l UMP ?




{CommentNb} Commentaires pour "Elisabeth Taylor, sioniste fidèle par Véronique Chemla"

alt1

Security code

Balises XHTML autorisées : [b], [i], [u], [strike], [blockquote], [span], [code]

alt1