Accueil >> Articles >> Monde >> LES ASSASSINS ET LEUR « ETAT », Raphaël Draï

Monde

LES ASSASSINS ET LEUR « ETAT», Raphaël Draï

 Le massacre de la famille Fogel dans la localité d’Itamar par des assassins se réclamant du Coran et de la libération de la Palestine suscite naturellement  des sentiments d’horreur et de dégoût. Pourtant, ces sentiments ne s’étaient même pas encore exprimés que la machine de propagande à la Orwell s’est mise à fonctionner. « Horreur »?, «  Dégoût » ?  Pourquoi, ces victimes –n’appartenaient elle pas à l’engeance  des «  colons », occupant une terre qui n’était pas la leur et qui, désormais, l’est devenue puisqu’elle a absorbé leurs sangs, sang  des parents et sang des enfants confondus ?

Il est vrai qu’entre temps, le tsunami japonais avait provoqué un tsunami médiatique occultant ces tragédies à l’échelle inhumaine. Très vite, l’Autorité palestinienne n’a pas été en reste, condamnant, selon la formule mécanique bien rodée, les violences d’où qu’elles viennent, comme si des terroristes israéliens avaient pénétré dans un village  palestinien pour y égorger sans sourciller enfants par-dessus mère la même nuit … [Radio J] SUITE>>>

LES ASSASSINS ET LEUR « ETAT», Raphaël Draï

LES ASSASSINS ET LEUR « ETAT», Raphaël Draï

http://www.raison-garder.info/2011/03/les-assassins-et-leur-%C2%AB-etat-%C2%BB-raphael-drai/#more-812

Les sentiments que cette tuerie devrait susciter chez toute personne normalement constituée aiguise alors la préoccupation en cours concernant la proclamation à l’ONU d’un Etat palestinien, sans l’accord d’ Israël, pour forcer la  volonté  de celui -ci et nier sa souveraineté. Passons sur la violation flagrante du droit international qu’une telle proclamation unilatérale impliquerait. Mais si un Etat palestinien était constitué dans de telles conditions, il est craindre que la tuerie d’Itamar se reproduise autant qu’il serait au pouvoir de ses commanditaires de s’y livrer.

Que démontre, en effet, ce massacre ?  Ou bien l’autorité palestinienne, ou ce qui passe pour telle, en était informée et a laisse faire : dans ce cas, elle  serait coupable de crime contre l’humanité ; ou bien elle n’était au courant de rien et se trouve contrainte de se démarquer après coup du forfait, en usant des formules de style  que l’on a relevées. Dans  les deux cas, il est démontré que dans cette  sorte d’entité, ce sont toujours les violents authentiques, les vrais extrémistes  qui sont en mesure de faire prévaloir leur volonté et qui ont toujours le  dernier mot, comme à Gaza où la tuerie d’Itamar a provoqué une nouvelle fois des manifestations de liesse populaire. C’est donc ce type d’entité que la communauté internationale,  pour l’appeler par cette expression abusive, se prépare  à installer face à l’Etat d’Israël et à sa population.

Les semaines et les mois qui viennent doivent être dévolus à la mise en échec de ce projet. L’on voit bien à jusqu’à quel degré d’incohérence les diplomaties occidentales sont capables de se fourvoyer. La Tunisie n’a  toujours pas de gouvernement. En Egypte les assassins de Sadate sont libérés. En Libye  Kadhafi est aux portes de Benghazi tandis que la  Côte d’Ivoire est devenue bicéphale. Et l’on voudrait que ces  mêmes  Etats, incapables de décider pour eux-mêmes, décident du sort  de l’Etat d’Israël, de l’unité de Jérusalem, et de l’avenir du peuple juif ? S’agissant de la communauté juive, ce n’est pas le hasard si plus de 300 participants ont honoré de leur présence attentive, avec l’appui indéfectible de Radio J, le colloque international de Raison Garder  consacré précisément à l’unité de Jérusalem et, sur ce sujet, ont ensemble pris date .

 

                                                                                 Raphaël Draï

                                              Chronique de radio J, le 14 mars 2011     

Article mis à jour le 15-03-2011

Qui est le vrai BOSS de l UMP ?




{CommentNb} Commentaires pour "LES ASSASSINS ET LEUR « ETAT», Raphaël Draï"

alt1

Security code

Balises XHTML autorisées : [b], [i], [u], [strike], [blockquote], [span], [code]

alt1