Les silences de Stéphane Hessel, Nicole et Paul Benaïm

Depuis plusieurs mois la presse française se fait l’écho des consignes de boycott d’organisations palestiniennes à l’égard d’Israël. Cette campagne est soutenue par quelques personnalités françaises avec à leur tête Stéphane Hessel, ancien ambassadeur de France en Israël. 

« Je sais, le Hamas qui avait gagné les dernières élections législatives n’a pas pu éviter que des rockets (sic)  soient envoyées sur les villes israéliennes en réponse à la situation d’isolement et de blocus dans laquelle se trouvaient les Gazaouis. ».
 
Cette phrase, extraite de l’opuscule « Indignez-vous !  » de Stéphane Hessel, apôtre de la non-violence, se passe de commentaires : elle en dit long sur l’objectivité de l’ancien diplomate. Le texte de 13 pages portant sur les sujets qui dans le monde d’aujourd’hui soulèvent son indignation, en compte 2 sur le seul conflit israélo-arabe ! [GUYSEN] SUITE>>>

http://www.guysen.com/article_Les-silences-de-Stephane-Hessel_15124.html

Avant d’entrer dans le vif du sujet, (les silences de Stéphane Hessel), il n’est pas inutile de rappeler les attaques dont ont fait l’objet deux écrivains :

- le politologue Pierre-André Taguieff (photo d'en-tête) pour s’être permis d’égratigner Stéphane Hessel (1),  
- Monique Cantor-Sperber (photo ci-dessous), philosophe, directrice de l’Ecole Normale Supérieure, pour avoir refusé que se tienne rue d’Ulm un meeting politique.(2)Monique Cantor-Sperber -  DR
 
Le point de départ d’une polémique
 

 A la manière des écrivains des XVIIème et du XIXème siècle, Pierre-André Taguieff  a paraphrasé le quatrain célèbre de Voltaire écrite à propos de son ennemi, Jean Fréron, défenseur zélé des idées monarchiques et religieuses.

L'autre jour, au fond d'un vallon,
Un serpent piqua Jean Fréron :  
Que pensez-vous qu'il arriva ?
Ce fut le serpent qui creva.  
Pierre-André Taguieff a reproduit ce quatrain sur « son mur » de face-book en remplaçant  le nom  de Jean Fréron par celui de Stéphane Hessel !
Autrefois il était fréquent que des écrivains pourfendissent ainsi leurs ennemis, tel Victor Hugo transformant le nom de Sainte-Beuve en Sainte-Bave, et les choses en restaient là,  jusqu’à la réplique de la victime.
 Ces mœurs sont ignorées aujourd’hui : la presse s’est saisie de l’affaire, faisant du jeu de mots sorti de l’esprit caustique du politologue un crime de lèse-majesté. Ainsi Jean-Emmanuel Ducoin écrivait sur son blog un article incendiaire intitulé « « Quand Pierre-André Taguieff  insulte Stéphane Hessel » et nombre de sesconfrères journalistes lui emboitèrent le pas, en même temps que la direction du MRAP  qui, en poussant des cris d’orfraie lançait  une campagne contre lui**: il avait commis un crime de lèse-majesté !
 
Dans un texte remarquable Pierre -André Taguieff, répondant aux questions du CRIF, résume parfaitement cette situation, brosse un portrait impartial de Stéphane Hessel, et tente d’expliquer sa dérive antisioniste.
 
L’annulation d’un « colloque » rue d’Ulm
 
Monique Cantor-Sperber a osé décider l’annulation d’un meeting pro-palestinien qui devait se tenir dans les locaux de la rue d’Ulm sous la présidence de Stéphane Hessel : ce meeting  devait promouvoir le boycottage universitaire  d’Israël.
De ce fait, la directrice de l’Ecole Normale Supérieure s’est attirée les foudres des  partisans, de l’ancien diplomate, l’accusant d’avoir  «  bafoué la liberté d’expression ! » On affirmait qu’elle avait cédé aux pressions du CRIF,  rumeur sans fondement,  répandue rapidement sur Internet et dans la presse.
 Dans l’article publié dans Le Monde, Monique Cantor-Sperber expose les raisons de cette annulation : la réunion devait être un débat entre normaliens sur le thème de la liberté d’expression. Il s’agissait  en réalité d’un meeting organisé par le collectif Paix-Justice- Palestine qui soutient le boycottage des universités israéliennes, ce dont les organisateurs s’étaient bien gardés d’informer la direction de l’école.

 « J’avais été trompée sur la nature exacte de cette réunion, ce qui est à soi seul un motif d’annulation. », écrit la philosophe.

Quelques sujets  d’indignation qui ont échappé à Stéphane Hessel
 
Parmi ces sujets on pourrait citer par exemple :[...]

LIRE LA SUITE SUR GUYSEN