Ambivalence française: décorations et délit, Nicolas Hasson

C'est avec consternation que les organisations communautaires juives françaises ont appris la remise de la Légion d'honneur à Moustapha Barghouti. En effet dans un communiqué de presse, l'Union des Patrons Juifs de France (UPJF) dénonce la remise de la très prestigieuse distinction par le ministre des Affaires étrangères sortant, Bernard Kouchner, à son "ami de 25 ans" Moustapha Barghouti. Né à Jérusalem, Barghouti a fait ses études de médecine en URSS. Ancien parlementaire palestinien et candidat malheureux au leadership de l'Autorité palestinienne lors de la succession de Yasser Arafat, il s'est fait tout au long de sa vie connaître pour son militantisme anti-israélien et sa lutte pour "l'indépendance de la Palestine". Plus récemment, Barghouti s'est rendu célèbre pour ses prises de position et son leadership dans la campagne mondiale de boycott des produits israéliens "Boycott, Désinvestissement, Sanctions" (BDS).[Jerusalem Post] >>>

http://fr.jpost.com/

La remise de décoration intervient quelques jours seulement après le vote, à l'initiative de Michèle Alliot-Marie, successeure de Bernard Kouchner au Quai d'Orsay, d'un texte de loi pénalisant le boycott et l'appel au boycott de produits en raison de leur provenance et de leur appartenance à un pays particulier.

Une ambivalence gouvernementale qui fait donc tâche puisque l'un des principaux soutiens et instigateurs d'une campagne de boycott désormais illégale et de nature délictuelle se voit remettre l'une des plus hautes décorations françaises.

Et le Quai d'Orsay, qui propose, sur son site Internet, une élogieuse revue de presse palestinienne relative à la cérémonie, de louer l'action de Barghouti en faveur des "aspirations palestiniennes".

Malaise dans la communauté juive

Or le timing de la remise de la décoration n'est pas la seule coïncidence à faire grincer des dents.

Barghouti se félicite en effet dans un communiqué de presse de la date de remise de la distinction, qui coïncide avec la "fête d'indépendance de la Palestine".

S'il est toutefois notable que Barghouti ait toujours récusé l'usage de violence à l'endroit de l'Etat d'Israël et qu'il soit officiellement récompensé pour son action médicale au sein de l'association Palestinian Medical Relief Society, c'est plutôt la remise de la décoration par le sommet du corps diplomatique français à un militant anti-israélien de longue date et affiché qui met, à juste titre, mal à l'aise.

Le cœur de l'action de Barghouti, qui s'est en effet désolidarisé de l'action des organisations terroristes, reste la lutte contre l'Etat d'Israël. Un combat radical et violent sur le plan moral malgré son refus de l'usage de violence armée.

Une gêne également provoquée par l'éloge de Bernard Kouchner, soutien de longue date de la cause palestinienne et héraut de la création d'un Etat palestinien, ami personnel de l'intéressé. En somme, une action qui ne remontera pas la cote de popularité du spin-doctor, et désormais ex-ministre, au sein des milieux pro-israéliens.