Le CBSP, organe de collecte du HAMAS en France

Le 22 août 2003, les Etats-Unis ont pris une série de mesures pour lutter contre le financement du mouvement terroriste Hamas. Dans ce cadre, six dirigeants du Hamas ont été désignés comme étant des "Specially Designated Global Terrorists" et cinq associations "caritatives" apportant un soutien financier au Hamas ont vu leurs avoirs aux Etats-Unis gelés. Parmi ces associations figurait notamment le CBSP, ainsi que l'Association de Secours Palestinien basée en Suisse et INTERPAL en Angleterre. A la suite de cette décision américaine, le SRPJ a diligenté une nouvelle enquête, qui s'est à nouveau conclue par un classement sans suite... (Actualite du terrorisme)
 

[Les medias francais donnent largement la parole aux "militants" francais qui ont pris part à la flottille de Gaza, qui se présentent comme "humanitaires" ou "pro-palestiniens". Il est important de relever que tous ces militants font partie du CBSP, qui n'est pas une organisation humanitaire mais l'organe de collecte du HAMAS en France, comme le rappelle cet article de P. Landau paru il y a quelques mois et toujours actuel].

http://actualiteduterrorisme.20minutes-blogs.fr/archive/2007/10/10/le-cbsp-organe-de-collecte-du-hamas-en-france.html

Sur son site Internet officiel (http://www.cbsp.fr/), le CBSP se présente comme une "ONG française", "indépendante" de tout parti ou organisation palestiniens. Dans une lettre adressée au journal Le Monde en février 2005, le CBSP insiste sur la "transparence" de ses activités et prétend être une association "autonome" menant une "mission humanitaire de soutien au peuple palestinien" 1. La réalité, nous allons le voir, est fort différente

 

medium_CBSP.2.jpg

Historique et structure du CBSP

Le CBSP (Comité de Bienfaisance et de Secours aux Palestiniens) a été créé en 1990, en tant qu'association loi 1901, déclarée auprès de la préfecture de Meurthe-et-Moselle. Son siège est actuellement installé à Paris, 37 rue de la Chapelle (auparavant il se trouvait 9 rue Rodier). Le CBSP dispose également de bureaux à Lille, Lyon et Marseille.

Contrairement aux affirmations du CBSP sur son site officiel et dans sa lettre au Monde, il n'est pas une association "autonome" et "indépendante". Il est en fait un rouage dans une structure beaucoup plus vaste, intitulée la "Coalition de la Bienfaisance". Ce réseau d'associations a été créé dans de nombreux pays européens, sur l'instigation du cheikh Youssouf Qaradawi, afin de collecter des fonds à destination du Hamas palestinien.

Cela ressort très clairement de documents publiés sur Internet, sur un autre site consacré au CBSP (mais dont l'adresse n'est jamais indiquée sur le site officiel du CBSP). Ce site a pour url : http://cbsp.free.fr/101days/campagne.htm.

Les enquêtes en France et la décision américaine d'interdiction du CBSP

Le CBSP a fait l'objet de plusieurs enquêtes de police en France, portant sur ses transferts d'argent à destination de pays étrangers. Une première enquête a été classée sans suite, le 19 juillet 2001.

Le 30 mai 2002, le procureur de la République de Nancy a demandé au SRPJ (service régional de la police judiciaire) d'enquêter sur le CBSP, suite à des "informations susceptibles de constituer une infraction pénale" fournies par la cellule de traitement du renseignement et d'action contre les circuits financiers clandestins (Tracfin).

Cette enquête a été elle aussi classée sans suite, après être parvenue à la conclusion "qu'aucune information n'a pu être recueillie tendant à démontrer que ladite association a pu constituer le relais de circuits financiers clandestins, malgré les flux très importants relevés sur ses comptes" 2.

Le 22 août 2003, les Etats-Unis ont pris une série de mesures pour lutter contre le financement du mouvement terroriste Hamas. Dans ce cadre, six dirigeants du Hamas ont été désignés comme étant des "Specially Designated Global Terrorists" et cinq associations "caritatives" apportant un soutien financier au Hamas ont vu leurs avoirs aux Etats-Unis gelés.

Parmi ces associations figurait notamment le CBSP, ainsi que l'Association de Secours Palestinien basée en Suisse et INTERPAL en Angleterre. A la suite de cette décision américaine, le SRPJ a diligenté une nouvelle enquête, qui s'est à nouveau conclue par un classement sans suite...

Le "blanchiment inversé" et les ONG islamistes

Le spécialiste du terrorisme Roland Jacquard, expert mondialement reconnu pour ses travaux sur la nébuleuse terroriste Al-Qaida, a expliqué comment fonctionnait le financement du terrorisme par les ONG islamistes.

Pour traquer les réseaux financiers d'Al-Qaida, les pays occidentaux ont assimilé le financement du terrorisme au blanchiment de l'argent de la drogue. Or il s'agit de deux choses différentes : le financement du terrorisme islamiste, explique Roland Jacquard, repose sur le principe du "blanchiment inversé".

Le terrorisme islamiste est financé par des sources légales, "c'est uniquement leur destination et leur utilisation finale qui sont contestables 3". C'est la raison pour laquelle les organismes de lutte contre le blanchiment n'ont pas obtenu de résultats satisfaisants dans la lutte contre le financement du terrorisme, tant à l'égard d'Al-Qaida que concernant le financement du Hamas en France.

 

Les réactions françaises et européennes

L'examen attentif des réactions françaises et européennes montre pourtant que les autorités françaises sont parfaitement averties des liens existant entre le CBSP et le Hamas palestinien.

Ceci ressort notamment des déclarations officielles du ministre des Affaires étrangères, Dominique de Villepin, le 20 juin 2003, lors du sommet européen de Thessalonique. Le ministre français avait alors déclaré, exprimant la position des Quinze :

"Le Conseil européen examine d'urgence la possibilité de renforcer les mesures contre les sources de financement du Hamas. Dans ce cadre, nous étudions au cas par cas, avec nos partenaires, la situation des associations caritatives liées au mouvement, et situées dans chacun des Etats membres de l'Union" 4.

On ne saurait être plus clair... Cette déclaration officielle montre que le gouvernement français est parfaitement informé des liens entre le CBSP et le Hamas. C'est donc sciemment qu'il a décidé jusqu'à aujourd'hui de laisser se poursuivre sur le sol français la collecte au profit du Hamas, en toute impunité.

Paul Landau

Notes

1. "Une lettre du CBSP", Le Monde, 5 février 2005.

2. "Washington accuse une association française de financer le Hamas", Le Monde, 27 août 2004.

3. Roland Jacquard, Ben Laden, la destruction programmée de l'Occident, Jean Picollec 2005, p. 162.

4. "Washington accuse une association française de financer le Hamas", Le Monde, 27 août 2004, c'est moi qui souligne