Découverte à Jérusalem d'un sceau du "gouverneur de la ville", vieux de 2.700 ans

Culture Un sceau en argile datant du septième ou sixième siècle avant Jésus-Christ a été retrouvé dans un bâtiment de la Vieille ville de Jérusalem, non loin du Mur des Lamentations. Il fait référence à un antique "gouverneur de la ville". Il vient d'être présenté publiquement ce lundi.

Découverte à Jérusalem d'un sceau du "gouverneur de la ville", vieux de 2.700 ans

Culture Un sceau en argile datant du septième ou sixième siècle avant Jésus-Christ a été retrouvé dans un bâtiment de la Vieille ville de Jérusalem, non loin du Mur des Lamentations. Il fait référence à un antique "gouverneur de la ville". Il vient d'être présenté publiquement ce lundi.

Quand la société de l'information fait le jeu du terrorisme Par Eric Delbecque

Culture Le traitement médiatique des attentats n'aide pas à la compréhension de la problématique du terrorisme islamiste. Les événements dramatiques de Magnanville et d'Orlando ont connu un traitement similaire à ceux que nous avons précédemment connus, à savoir une focalisation informationnelle de 48 heures suivie d'un désintérêt tout aussi brutal. Certes, à intervalles réguliers, nous aurons quelques nouvelles de «l'avancée de l'enquête». Mais globalement, les médias passent à autre chose.

Israël et la France L’alliance égarée par Michaël Bar-Zvi

Culture Le sionisme politique moderne est porteur de deux notions primordiales, dont la France pourrait et devrait s’inspirer. La première est que la reconstruction d’une nation n’est possible qu’en acceptant son passé et en transformant cette nécessité en vertu. Le sionisme, même dans ses factions socialistes ou progressistes, a tenu compte d’un héritage, d’une culture ancienne dont la clé de voûte est la révélation.

Mr Gaga - sur les pas d’Ohad Naharin” : Où il est question de danse avant tout, et un peu de politique

Culture "Chaque jour il faut danser, fût-ce seulement par la pensée." Cette pensée de Rabbi Nahman de Bratslav m’est revenue à l’esprit en voyant le beau film de Tomer Heyman, “Mr Gaga: sur les pas d’Ohad Naharin”, qui retrace la vie et la carrière du danseur et chorégraphe israélien, devenu un des chefs de file de la danse contemporaine. La Batsheva Dance Company, fleuron de l’art israélien actuel, avait fait parler d’elle en janvier dernier, lorsque son spectacle à l’Opéra de Paris avait été victime de tentatives de boycott de la part des néo-nazis palestinophiles du BDS. 

Israël raconté à ma fille par Guy Millière

Culture Depuis les attentats de Paris et Bruxelles, la dimension internationale du djihadisme devrait être évidente, et l’on aurait pu s’attendre à ce que la longue exemplarité d’Israël dans cette lutte soit enfin mieux comprise… et étudiée. Or il n’en est rien, elle est toujours niée, Israël reste l’accusé,on ne voit pas qu’il fait face à une «  nouvelle  » forme de terrorisme particulièrement abjecte contre les civils et difficile à juguler, mais on note que « la vague de violence  » ces derniers mois a fait surtout des morts palestiniens.

Shemi Zarhin et le nouveau visage du cinéma israélien, par Pierre Lurçat

Culture Le cinéma israélien est à l’honneur en France cette semaine, avec la sortie en salles du beau film de Shemi Zarhin, “De douces paroles” *. Ce film est l’histoire d’une quête familiale fondée sur la découverte d’un secret bien enfoui, qui va entraîner trois frères et soeur, Dorona, Natanel et Shai d’Israël en France, à Paris et jusqu’à Marseille où ils découvriront une vérité inattendue. On retrouve dans “De douces paroles” les qualités marquantes de ce réalisateur né à Tibériade en 1961 : art de la narration, humour, poésie et tendresse pour ses personnages, incarnés par une pléiade d’acteurs dont plusieurs ont déjà tourné dans ses précédents films. 

A propos du film d’Yvan Attal : « Ils sont partout », par Sidney Touati

Culture Ce lundi 23 mai, l’OJE (Organisation des Juifs Européens) organisait au cinéma l’Arlequin à Paris, une projection du dernier film d’Yvan Attal : « Ils sont partout ». Film émouvant, courageux, dont le fil rouge est représenté par le divan d’un psychanalyste avec lequel un homme cherche à comprendre ce à quoi il est confronté et auquel il n’était, semble-t-il, nullement préparé : la haine antisémite. 

Voyage de la Mémoire le 26 juin au Cimetière Mémorial Américain de Normandie

Culture Nous organisons, le dimanche 26 juin 2016, un VOYAGE de la MEMOIRE au Cimetière Mémorial Américain de COLLEVILLE-sur-MER en Normandie, pour honorer la mémoire des soldats juifs américains et soldats juifs canadiens, tués lors du débarquement en juin 1944. Nous allons organiser et célébrer un KADICH collectif à leur mémoire en présence de nombreux officiels et personnalités françaises et étrangères. Cette cérémonie sera placée sous la présidence et la présence du Grand Rabbin de France Haïm KORSIA. La récitation du KADICH sera assurée par le Cantor Raphaël COHEN et le CHŒUR JUIF de France. Nous voudrions que le plus grand nombre de personnes assiste à cette cérémonie du 72ème anniversaire du débarquement. C’est pourquoi, nous souhaiterions que vous soyiez présent à cette cérémonie et à ce VOYAGE de la MEMOIRE. 

Héros israéliens d’hier et d’aujourd’hui – Hannah Senesh (1921-1943)

Culture Tout le monde connaît la chanson tirée du fameux poème “Eli, Eli” de Hannah Senesh, l’héroïne parachutée en Yougoslavie pour organiser la résistance au sein des communautés juives pour le compte du Palma’h, capturée et exécutée à l’âge de 23 ans par les nazis. Dans un autre poème écrit en mai 1942 à Nahalal, elle écrit avec une sorte de prescience, qu’on retrouve souvent dans les chansons écrites par des soldats israéliens morts au champ d’honneur, qu’elle ne veut pas mourir jeune… Je dédie cette traduction à toutes les familles endeuillées des soldats israéliens francophones qui se sont rendues la semaine dernière sur la tombe de leurs chers disparus et pour qui le deuil ne s’est pas arrêté le soir de Yom Hazikaron, car il ne prend jamais fin.

Les Palestiniens inaugurent leur grand musée vide...

Culture Après 20 ans de préparation et autant de millions de dollars de frais, les dirigeants palestiniens coupent mercredi le ruban du grand musée dédié à leur histoire et leur culture. Son architecture est impeccable, mais les salles d'exposition sont vides. La direction palestinienne claironne depuis des mois, à grand renfort de communiqués et de conférences de presse, l'ouverture de ce musée censé devenir le réceptacle d'une mémoire nationale soumise selon les Palestiniens aux tentatives israéliennes d'éradication...

La Confédération des Juifs de France et Amis d’Israël s’étonne de l’indignation sélective du Ministre de la Culture

Culture Madame Audrey Azoulay rappelle, à juste titre, que «Les démocraties en Europe sont confrontées à la violence, à la radicalisation d’une partie de leurs enfants, à la radicalisation aussi du débat public» . C’est bien pour cela qu’elle aurait du, de part sa fonction, être la première à s’étonner du fait que l’on choisisse, pour célébrer la victoire de Verdun, un chanteur dont les chansons lui ont valu d’être interdit d’antenne pour antisémitisme, homophobie et propos insultants pour la France.

Un Yom Hazikaron pas comme les autres : Sur les traces de Victor Soskice-Lurçat à Valençay

Culture La sonnerie du Yom Hazikaron vient de retentir en Israël, unissant dans la prière et la douleur toute une nation, autour du souvenir sacré de ses soldats, morts pour qu’elle vive. De Paris, j’ai écouté moi aussi cette sonnerie lancinante et j’ai relié par la pensée la mémoire des héros d’Israël à celle d’un autre jeune soldat mort à 20 ans, Victor Soskice-Lurçat, assassiné par les nazis à Flossenburg en mars 1945.

Un tueur du Bataclan dans une exposition polémique au Danemark

Culture [N.d.R. On se souvient de l'exposition controversée au Jeu de Paume, et de l'exposition en Suède qui avait mis en scène des terroristes kamikazes palestiniens il y a quelques années, provoquant la colère d'un diplomate israélien. Quand la bêtise et la veulerie se parent des atours de la "culture"...] À Copenhague, une exposition a été signalée à la police comme une «incitation au terrorisme», en plaçant trois kamikazes des attentats de Paris et de Bruxelles au rang de martyrs. Une exposition pour le moins ambivalente se prépare à Copenhague. Elle est censée se tenir du 26 mai au 10 juin, dans un théâtre. “Un collectif d'artistes danois entend décrire le concept du martyre à partir d'angles aussi nombreux que possible, à travers l'histoire”, explique l'organisatrice Ida Grarup Nielsen au Copenhague Post.

“Mir seinen Do” : Des combattants du ghetto aux soldats de Tsahal

Culture Entre Acco et Nahariya, sur la côte de la Méditerranée, à quelques kilomètres de la frontière nord d’Israël, se trouve le kibboutz Lohamei Hagetaot (Les combattants des ghettos). Fondé en 1949, le kibboutz abrite aussi le Musée des Combattants des ghettos, qui a pour particularité d’être le premier musée de la Shoah fondé en Israël, la même année que le kibboutz, et d’avoir été créé par des survivants de la Shoah, parmi lesquels plusieurs anciens combattants du ghetto de Varsovie.

Le renouveau du jazz israélien

Culture Lorsque le saxophoniste Eli Degibri a quitté Israël à 18 ans pour étudier le jazz au prestigieux Berklee College of Music américain, il avait la conviction qu’il reviendrait vivre dans son pays. Quinze ans plus tard, après avoir joué avec les plus grands noms du jazz – de Herbie Hancock au batteur favori de Miles Davis, Al Forster –, Eli Degibri est de retour...Et il n’est pas le seul... D’autres jazzmen israéliens forts d’une riche expérience à l’étranger ont pris le chemin du retour et contribuent ­aujourd’hui à faire vibrer la scène locale. 

Gilles-William Goldnadel : la soumission, c’est maintenant

Culture Il n’est de pire soumission que celle que l’on nie. La France est soumise. Nous sommes soumis. Le début de l’insoumission commence par la prise de conscience de la grandeur de la servitude. Le paradoxe est grand : c’est au moment précis où l’idéologie islamo-gauchisante aura révélé sa nocivité criminelle et qu’on peut la contester moins dangereusement qu’autrefois, qu’elle poursuit néanmoins inexorablement son chemin sans que rien ne l’arrête. 

Mort de l’actrice Ronit Elkabetz, visage du nouveau cinéma israélien

Culture Le regard intense, les traits taillés à la serpe, la crinière noire flamboyante. Ronit Elkabetz était le visage du nouveau cinéma israélien. Cette nouvelle vague profuse, diverse, stimulante qui, depuis le début des années 2000, déferle sur le monde, a été marquée par ses rôles de femmes intenses, se débattant sur la voie escarpée de l’émancipation, quand la pression de la société patriarcale ne les poussait pas au bord de la folie. Le cancer contre lequel elle luttait depuis deux ans l’a emportée, mardi 19 avril. Elle avait 51 ans.

Ghetto de Varsovie, avril 1943 : une histoire occultée, interview de Moshé Arens

Culture La révolte du ghetto de Varsovie est devenue, à juste titre, le symbole de la résistance juive armée au nazisme et elle occupe une place essentielle dans la mémoire juive, tant en Israël qu’en diaspora. Pourtant, l’historiographie de cet épisode demeure encore, 70 ans après, sujette à une occultation liée à des raisons politiques. En effet, alors que tout le monde connaît le nom de Morde’hai Anielewicz et de l’Organisation Juive de Combat (OJC), la plupart ignorent celui d’un autre héros de la révolte du ghetto, Pavel Frenkel, et de l’organisation dissidente qu’il dirigeait, la ZZW (Union militaire juive), affiliée au Bétar. 

Pourquoi les Juifs sont-ils plus souvent médecins que paysans ? Catherine Goliau

Culture L e Point.fr : Pour vous, si Albert Einstein a inventé la bombe atomique, c'est parce qu'il a dû, enfant, étudier le Talmud ?Zvi Eckstein : C'est un raccourci très… raccourci, mais c'est un peu cela. En fait, ce que nous avons voulu démontrer, ma collègue Maristella Botticini, de la Bocconi, et moi, c'est que l'obligation d'étudier a un coût, et oblige donc l'individu rationnel à rechercher une compensation pour obtenir un retour sur investissement. Dans le cas des juifs, le problème se pose après la destruction du Temple de Jérusalem, en 70 de l'ère courante.

16e édition du Festival du cinéma israélien à Paris

Culture L'association Kolnoah est heureuse de vous annoncer que la 16e édition du Festival du cinéma israélien de Paris se déroulera du mardi 29 mars au mardi 5 avril 2016 au cinéma les 7 Parnassiens - 98, boulevard du Montparnasse - Paris XIVe