Accueil >> Articles >> Conflit Israelo-Palestinien >> Terrorisme >> Un infiltré dans le réseau d'Al-Qaida parle

Terrorisme

Un infiltré dans le réseau d'Al-Qaida parle

Mohamed Sifaoui, Mes frères assassins - Comment j"ai pu infiltrer un cellule terroriste d"Al Quaida, éditions du Cherche-Midi, janvier 2003.
(Pour commander l"ouvrage : Un infiltré dans le réseau d'Al-Qaida parle

Mohamed Sifaoui, Mes frères assassins - Comment j"ai pu infiltrer un cellule terroriste d"Al Quaida, éditions du Cherche-Midi, janvier 2003.
(Pour commander l"ouvrage :
www.alapage.com/mx/?tp=F&type=1&l_isbn=2749100860&donnee_appel=GOOGL)

"Par pur hasard, Mohamed Sifaoui a rencontré à Paris un Algérien qui avait, au cours des années quatre-vingts, fréquenté le même lycée que lui. Karim Bourti est devenu un islamiste radical, un terroriste. Au fil des jours, ce dernier lui présente ses amis, ses "frères", et l"auteur découvre des choses surprenantes. Karim vient de purger une peine de prison, il avait été arrêté en 1998 et accusé de préparer, avec d"autres, des attentats terroristes. Pendant plus de trois mois, Mohamed Sifaoui a tenu un journal quotidien, dans lequel il a noté les moindres détails. Il a également filmé ses contacts - en caméra cachée - pour deux reportages qui seront diffusés sur des chaînes françaises. Ses nouveaux "frères" lui ont expliqué quelles seraient les cibles éventuelles en France, l"un d"entre eux lui disant : "Nous devons avoir le Coran dans une main, la kalachnikov dans l"autre". Tentant de le récupérer, ils l"ont chargé de leur trouver des financements, de faire de la propagande et de leur fournir des informations sur des personnalités algériennes, dont le mufti de Paris, Dalil Boubakeur, et celui de Marseille, Soheib Bencheikh, en vue, diront-ils, "d"une possible élimination de dignitaires algériens". Bref, autant de révélations fracassantes qui font de cette enquête le premier regard porté par un journaliste sur "l"intimité" d"une cellule terroriste. Un document exceptionnel et ô combien inquiétant ! Mohamed Sifaoui est journaliste. Il collabore à Marianne et à La Voix du Luxembourg. Il est l"auteur, aux éditions du Cherche-Midi, de La France malade de l"islamisme. [Sur le site de Alapage].

Ce qui suit nous a été aimablement transmis par Janbenig

"Je suis musulman, d"origine algérienne et journaliste de profession. Avant que le monde occidental ne découvre l"horreur un certain 11 septembre 2001, j"avais, à l"instar de mes compatriotes algériens, vécu pendant dix années les affres du terrorisme islamiste.
J"ai perdu, comme beaucoup de mes compatriotes, des amis, des membres de ma famille, autant d"êtres chers. Cette blessure indélébile ne s"effacera jamais."

Ces lignes figurent dans l"avant-propos du livre de Mohamed Sifaoui : "Mes frères assassins", qu"il écrivit après avoir infiltré une cellule d"Al Qaïda.

Les extraits qui suivent se passent de commentaires.

"Sur l’islamisme :

"Aujourd"hui l"islam comporte une multitude de courants. Et chacun d"eux prétend détenir la vérité suprême. Fait facilité par la démission intellectuelle de la quasi totalité des théologiens, qui, lorsqu"ils ne prônent pas une forme ou une autre d" extrémisme, se taisent, le plus souvent, par lâcheté."

"Qu"il soit mû par une idéologie wahhabite ou par celle de la confrérie des "Frères musulmans", l"intégrisme demeure un fléau à éradiquer, une forme de fascisme à combattre. Il n"existe pas d"islamisme modéré, pas plus qu"on ne peut concevoir de fascisme modéré".

Sur les terroristes :

"Tout au long du reportage que nous réaliserons avec lui (Karim), il aura un double discours sans faille. Le premier m"était destiné, il restituait ce qu"il avait réellement sur le coeur. Et laissait paraître un visage haineux, belliciste, fasciste, où la négation de l"autre est une valeur constante; le second, destiné aux mécréants, était satiné de tolérance, de compréhension et de respect.
Karim ne dérogeait pas à la règle suivie par les islamistes du monde entier, qu"ils soient soit-disant modérés ou radicaux. Tous pratiquent la manipulation et le discours à deux vitesses. C"est ce qu"ils appellent la "takiya"."

"Ne t"inquiète pas, dit Karim, beaucoup de nos frères sont inconnus des services de police. Tu les verrais dans la rue : ils sont rasés de près et parfois ils portent même une boucle d"oreilles. Jamais tu ne devinerais que ce sont des moudjahidines. Tu les prendrais pour des fils à papa."

"Le terroriste n"est pas seulement celui qui dépose des bombes, mais également celui qui le cache, lui fournit des informations et met à sa disposition le nerf de la guerre: l"argent".

"Mourad se présente souvent comme un pacifiste qui ne ferait pas de mal à une mouche. Pour lui, il ne fait rien de grave en prodiguant un enseignement religieux à des jeunes afin d"en faire des fanatiques, des bombes humaines".

"J"avais en face de moi un chef d"atelier. Il fabriquait de la chair à canon pour le terrorisme international. J"avais en face de moi un détenteur de la carte d"identité française, dont l"objectif était d"arracher des jeunes à leur famille pour les envoyer en Afghanistan, en Tchétchénie ou ailleurs. J"avais envie de lui cracher au visage, de lui balancer mon poing sur la figure, mais je maîtrisais ma colère, ma révolte. J"étais d"autant plus dégoûté par cet individu, que lui restait là, en France, ramassant de l"argent sans travailler, se goinfrant du matin au soir, alors qu"il encourageait des mômes à aller se faire tuer."

"Les islamistes impliqués dans les affaires de terrorisme se connaissent presque toujours, même s"ils sont séparés par des centaines, voire des milliers de kilomètres. C"est d"ailleurs aujourd"hui le propre de ces réseaux qui menacent la paix aux quatre coins de la planète."

"J"étais là, au coeur de l"intégrisme, mais j"atteignis surtout le coeur de la bêtise humaine"

En France :

"Le quartier de Belleville est dominé depuis quelques années par les islamistes. Karim et d"autres "frères" appellent ironiquement ces quartiers "territoires libérés", ou "Etats islamiques". Ils ont réussi, en quelque sorte, à instaurer des "mini républiques islamiques" en pleine république laïque."
"Je n"arrive pas à comprendre comment un imam ayant eu des démêlés avec la justice de son pays pour ses activités islamistes, peut sévir en France sans problème."
"Bien que certains courants, ici, en France, continuent de se voiler la face, cherchant qui est islamiste "modéré" et qui est intégriste "radical", dédouanant au passage - le plus souvent - les crimes commis par ce fascisme aux 4 coins du globe et notamment en Algérie, je n"ai jamais baissé les bras, poursuivant mon action - qui est aussi celle de millions d"autres personnes à travers le monde - pour dénoncer l"islamisme en tant qu"idéologie nourricière de ce terrorisme abject, qui, des Philippines à la Tchétchénie, et du Proche-Orient à la corne d"Afrique, menace des populations entières."
"Si j"ai pris tant de risques et exposé tous les miens à des dangers certains, ce n"est certainement pas pour une recherche quelconque de célébrité. Ce n"est pas non plus par courage ni par héroïsme. C"est avant tout par conviction. Une conviction qui me revigore chaque fois que je lis dans les colonnes d"une certaine presse ces horreurs qui dédouanent l"islamisme, et à chaque fois que j"entends ces discours "droits-de-l"hommistes" indécents, qui dénoncent presque la victime et compatissent avec le bourreau. C"est ce genre de comportement qui avait permis à Hitler de prendre d"abord le pouvoir, ensuite de déclencher la guerre et enfin d"exterminer des millions de juifs parce qu"ils étaient juifs."

Article mis à jour le 09-02-2003

Aucun Commentaires pour "Un infiltré dans le réseau d'Al-Qaida parle"

Ajouter un nouveau message pour "Un infiltré dans le réseau d'Al-Qaida parle"

Security code

Balises XHTML autorisées : [b], [i], [u], [strike], [blockquote], [span], [code]